Diario Judío México - Les « cerfs-volants incendiaires » et les « ballons enflammés » lancés de Gaza en Israël au cours des derniers mois ont provoqué des incendies quotidiens dans la région frontalière de la bande de Gaza. Depuis avril 2018, des centaines de ces cerfs-volants et ballons, chargés de chiffons enflammés ou d’engins explosifs, ont été lancés vers la frontière en direction des villes et des kibboutz israéliens, incendiant plus de 30 000 acres de champs cultivés, de forêts et de réserves naturelles du Néguev occidental, laissant oiseaux, tortues et reptiles sans recours face au feu, en plus des civils.

Selon les rapports, le terrorisme des cerfs-volants est orchestré par le Hamas. L’aile militaire du mouvement – les Brigades Izz Al-Din Al-Qassam – a mis en ligne sur son site web une vidéo expliquant comment fabriquer des cerfs-volants, ainsi que des articles se félicitant de ces activités.

L’une des unités de lancement de cerfs-volants, l’unité Bani Al-Zawari, doit son nom à l’ingénieur Mohammed Al-Zawari, membre des Brigades Al-Qassam et architecte des drones du Hamas, qui fut tué en Tunisie en 2016. L’unité a promis de multiplier les attaques, dans une déclaration en date du 1er juillet : « Nous ne laisserons pas cet ennemi et ses usurpateurs se sentir en sécurité tant que notre peuple ne se sentira pas en sécurité à Gaza… » [1]

Une vidéo sur le site du Hamas montre comment fabriquer des cerfs-volants (alqassam.net, 24 avril 2018)
Un Palestinien de Gaza fabrique un cerf-volant (alqudsnews.net, 2 mai 2018)

Cette nouvelle forme de terrorisme a suscité de nombreuses réactions dans la presse arabe, des journalistes palestiniens et arabes faisant l’éloge des jeunes Palestiniens qui y participent. Ignorant le caractère destructeur de cette activité, des articles de la presse palestinienne, jordanienne et égyptienne la décrivent comme une forme ingénieuse et efficace de « protestation non-violente » et de « résistance populaire » qui a réussi à confondre Israël, malgré sa supériorité technologique et sa puissance militaire. Des articles qualifient les communautés israéliennes visées par les cerfs-volants de « colonies », alors même que celles-ci ne se trouvent pas dans les territoires occupés.

Lire le rapport dans son intégralité en anglais