Un éditorialiste saoudien : la vue d’un ancien Premier ministre en prison illustre la supériorité du système judiciaire israélien sur celui des Arabes

por -
Comentarios | Comentar Visto Veces



memri en exclusiva para Diario Judío México

Le 19 juillet 2017, dans le quotidien saoudien Al-Jazirah, l’éditorialiste de renom, Dr Jasser Al-Harbash, a fait l’éloge du système judiciaire israélien, capable de juger de hauts fonctionnaires et même de les condamner à des peines de prison. Il affirme que c’est un des avantages d’Israël par rapport aux pays arabes, caractérisés par une injustice qui altère leur crédibilité aux yeux du monde et sert les intérêts de l’oppresseur israélien. Extraits : [1]

Lorsqu’un citoyen est certain de recevoir ce qu’il mérite en matière d’éducation, de santé, d’emploi et de conditions de vie, il peut se concentrer à loisir et donner à sa patrie le meilleur de lui-même, en fonction de ses compétences et de ses capacités. C’est pourquoi certaines sociétés sont supérieures aux autres, et c’est là le secret de l’avantage de l’entité sioniste sur ses voisins. Un citoyen inquiet, qui se préoccupe de [pourvoir à] ses besoins fondamentaux, ne peut rien apporter [qui ait de la] valeur [à sa société], car sa pensée est paralysée par le souci de [pourvoir à] ses besoins quotidiens essentiels.

Ehud Olmert était le Premier ministre d’Israël et avant cela, le maire de Jérusalem, mais son passé et les services rendus à son peuple ne l’ont pas aidé lorsqu’il a été reconnu coupable de contrefaçon et de fraude, et qu’il a été condamné à trois ans de prison. Avant Olmert, [les Israéliens] ont envoyé en prison le président de leur pays, [Moshé] Katsav, pour harcèlement sexuel d’une employée de son cabinet, lorsqu’il a été reconnu coupable de viol.

Lorsqu’un citoyen voit l’une des personnalités les plus éminentes [de son pays] conduite en prison, il peut faire la leçon au monde entier et dire : « Nous avons une justice ici ! » Mais examinez et comparez notre société à celle de nos voisins. Lorsque j’ai vu l’ancien Premier ministre juif dans sa petite cellule (dont il a été libéré après avoir purgé les deux tiers de sa peine), j’ai détourné les yeux, non pas parce que j’ai eu pitié de lui, mais parce que cela m’a rappelé la différence entre la justice dans la société de l’oppresseur [l’État d’Israël et] l’injustice dans les sociétés des victimes [les Arabes] qui l’entourent. L’oppresseur [Israël] possède une entité [caractérisée par] la solidarité et fondée sur une stricte application de la loi à l’égard des citoyens juifs au sein du [pays] et à l’extérieur, et [cela lui permet] d’ignorer les allégations internationales selon lesquelles il se comporte de manière injuste et discriminatoire par rapport aux autres [personnes]. [Israël] est toujours perçu par le monde comme honorable en raison de la mauvaise situation de ses voisins, de leur retard dans les sciences à leur discrimination fondée sur la classe et aux guerres internes destructrices.

Aucun juriste arabe ne pourra convaincre un forum international de la validité du problème arabe palestinien [puisqu’]un Juif du plus bas [statut] présent posera la question : comment osez-vous accuser Israël d’injustice, au regard de la situation qui prévaut dans vos sociétés arabes ?

La vue d’Ehud Olmert, un ancien Premier ministre, baissant la tête en isolement carcéral, parce qu’il [a été reconnu coupable de] détournement de fonds, résume la différence entre [une société caractérisée par] la solidarité et [une autre caractérisée par] le terrorisme et le chaos, et entre la victoire et la défaite.

Note :
[1] Al-Jazirah, Arabie saoudite, 19 juillet 2017.

La Dirección y Consejo Editorial de "Diario Judío México", no se hacen responsables de los contenidos de artículos firmados por autores, periodistas o sus seudónimos, a la vez que el autor de este artículo no se responsabiliza de los contenidos de las diferentes secciones de este sitio, ni de los criterios establecidos por su Dirección o Consejo Editorial.