C’était il y a tout juste dix ans. Sept personnes étaient assassinées à Toulouse et Montauban, au cours de trois attaques. D’abord, le 11 mars 2012, où il tue le militaire Imad Ibn Ziaten. Ensuite, le 15 mars ce sont deux militaires âgés de 24 et 26 ans qui sont abattus : Mohamed Legouad et Abel Chennouf.

Le 19 mars a lieu la tuerie de l’école juive Ozar Hatorah. Un rabbin et professeur de l’école, Jonathan Sandler ainsi que ses enfants Gabriel et Arieh, et une élève, Myriam perdent la vie.

C’est pour leur rendre hommage qu’une cérémonie commémorative sera organisée le dimanche 20 mars 2022 à Toulouse.

Après une minute de silence la veille au square Charles de Gaulle, la cérémonie débutera à 14h30 par un colloque organisé à la Halle aux grains, dans le centre ville de Toulouse. Selon Franck Touboul, président du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) Toulouse Midi-Pyrénéesorganisateur de l’évènement, ce moment d’échange sera l’occasion de “trouver un moyen de vivre ensemble, soudés, à quelques semaines de l’élection présidentielle et face à la menace islamiste.”

Une colloque, une cérémonie officielle et une pièce de théâtre

L’après-midi se poursuivra vers 16 heures avec la cérémonie commémorative à proprement parler. Trois prises de parole sont d’ores et déjà prévues pendant environ deux heures : celle d’Emmanuel Macron, celle du président Israélien et celle de Franck Touboul. Une cérémonie sous très haute surveillance avec le concours de la Ville, du Département, de la Région.

La cérémonie sera mise en scène par Steve Suissa. Des enfants doivent notamment lire des témoignages. Un hommage doit également être rendu à l’école Ohr Torah (anciennement appelée Ozar Hatorah). Emmanuel Macron et Isaac Herzog doivent s’y rendront mais on ne sait pas encore à quelle heure.

Enfin, la journée se terminera par une pièce de théâtre jouée en avant-première à la Halle aux Grains : Le nageur d’Auschwitz, mise en scène par Steve Suissa, avec le chanteur franco-israélien Amir dans le premier rôle. La pièce raconte l’histoire du champion toulousain de natation, Alfred Nakache, survivant de la Shoah.

Trois présidents de la République et six Premiers ministres invités

Au total, 2 000 personnes pourront assister à cet hommage. La cérémonie sera ouverte au public, sur inscription. De très nombreuses personnalités et représentants politiques feront le déplacement.

Outre Emmanuel Macron, les anciens présidents Nicolas Sarkozy (au pouvoir lors des attentats) et François Hollande (qui lui a succédé) ont été invités. Nicolas Sarkozy a déjà confirmé sa venue. Tous les Premiers ministres depuis 2012 sont également conviés : François Fillon, Jean-Marc Ayrault, Bernard Cazeneuve, Manuel Valls, Édouard Philippe et Jean Castex. Des invitations ont été lancées aux ambassadeurs de plusieurs pays arabes et d’Allemagne. Tous les élus locaux ou presque devraient aussi être sur place.

Des élus d’autres villes touchées par des attaques terroristes islamistes devraient aussi faire le déplacement : Anne Hidago, la maire de Paris, Joachim Moyse, le maire de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), ou encore Christian Estrosi, le maire de Nice. Si des candidats à l’élection présidentielle sont attendus, Franck Touboul précise que “tous ne sont pas les bienvenus. Les plus extrémistes et ceux qui ont eu des mots insultants et atroces à l’égard de la communauté juive ne sont pas conviés”.

Les familles de victimes et les instances religieuses présentes

Les communautés religieuses seront aussi représentées : le grand rabbin de France Haïm Korsia, le président du Consistoire central (l’instance suprême de représentation du judaïsme français) tout comme le président national du CRIF, et de nombreux imams.

Évidemment, une large place sera accordée aux familles de victimes. Samuel Sandler, père et grand-père d’un enseignant et de deux enfants tués à l’école juive, est invité, ainsi que Latifa Ibn Ziaetnen, mère du premier militaire assassiné à Toulouse ou encore Albert Chennouf-Meyer, père d’un militaire tué à Montauban.

Beaucoup d’avocats présents lors du procès du frère de Mohammed Merah seront aussi sur place.

A travers cet évènement, Franck Touboul veut que “la communauté juive souhaite prenne sa part dans le débat, affronte le réel sans amalgame et sans rejet de l’autre. Toulouse a été le point de départ de la vague terroriste islamiste. Nous espérons que ces commémorations deviennent un point de mobilisation générale pour en finir enfin.”