Diario Judío México -

Le cheikh d’Al Azhar Ahmad Al-Tayyeb a citiqué, lors d’une série d’interviews diffusées sur la Première chaîne (Égypte), du 17 mai au 2 juin 2019, la notion occidentale d’égalité « absolue », responsable selon lui du fait que le mariage homosexuel ait été officialisé. Soulignant que les lois d’Allah sont immuables, Al-Tayyeb a déclaré : « Même le règne animal n’est pas allé aussi loin. »

Cheikh Al-Tayyeb a également précisé que le Coran n’ordonnait pas aux hommes de battre leurs femmes : un homme qui choisit de ne pas battre sa femme ne viole pas la charia, a-t-il insisté. Il a considéré que l’islam était critiqué pour son autorisation de battre les épouses en raison d’un parti-pris anti musulman général, car la violence à l’encontre des femmes serait pire aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, vu qu’on va jusqu’à demander à la Police d’intervenir. Extraits :

17 mai 2019

Ahmad Al-Tayyeb : L’égalité est-elle un principe absolu ou un principe limité ? Nous pouvons constater que la notion islamique d’égalité est limitée. En revanche, la notion occidentale d’égalité est, je regrette de le dire, absolue. Elle a détruit – ou s’est efforcée de détruire – un bon nombre de valeurs qui sont plus vitales pour la stabilité de la vie des personnes. Si nous examinons la notion occidentale d’égalité… En tant que chercheur, j’ai le droit de dire que cette notion est erronée, à mon avis. […]

La civilisation moderne ne repose pas sur des principes. Chacun sait que la modernité n’a ni principes ni héritage et que rien n’est sacré [à ses yeux]. Toutes ces choses ont été enfermées dans une pièce sombre, et c’est tout. […]

Cela nous a conduits à considérer comme très légitime, légal, socialement acceptable et de bon goût pour un homme d’épouser un autre homme. Dans un acte de mariage [homosexuel], ils écrivent que John est l’épouse, ou dans [un mariage de lesbiennes], ils écrivent que Nadine est le mari, par exemple. C’est quelque chose… Par Dieu, même le règne animal n’est pas allé aussi loin. […]

Mon frère, s’ils en sont arrivés au point de légitimer l’homosexualité… Que dire de plus d’un mariage entre deux hommes ? La punition des habitants de Sodome et de Gomorrhe par Allah est bien connue. Ecoutez bien ! Les lois d’Allah sont immuables, donc le châtiment tombera tôt ou tard. […]

2 juin 2019

Je ne cesse de le répéter, et je continuerai de le faire. Les gens devraient comprendre que lorsque le Coran mentionne le fait de battre sa femme, il ne s’agit pas d’un ordre. Au contraire, le Coran permet d’utiliser cette méthode… C’est-à-dire que le mari est autorisé à recourir à ce type de traitement. S’il trouve un autre moyen efficace, il ne doit pas utiliser les coups, car le prophète Mahomet n’en a pas bonne opinion. Il les a interdits, il les détestait et n’y a jamais recouru dans sa vie.

Supposons qu’une femme désobéisse à son mari et qu’il tente les première et deuxième solutions [l’avertir et quitter sa couche], mais qu’elle ne s’arrête toujours pas [de mal se comporter]… Et supposant qu’il l’accepte et ne recoure pas aux coups, à cause des circonstances, à cause des enfants, parce que sa réputation ne lui permet pas de divorcer, ou parce que sa femme vient d’une famille qui n’accepte pas le divorce… Il accepte donc cette situation [et ne la bat pas]… Dirions-nous qu’il a violé la charia ? Absolument pas, au contraire, la charia le soutiendra.

Je veux donc que les gens comprennent que battre sa femme n’est pas un ordre à quelque niveau que ce soit dans la charia. C’est exactement comme de manger les morts quand on est sur le point de mourir. C’est une situation à laquelle on peut avoir recours quand il n’y a pas d’autre moyen, et quand on croit fermement que cela aidera à résoudre le problème. Seulement dans ce cas, le mari est autorisé à battre sa femme. […]

On constate que 25 % des femmes sont battues par leur mari ou leur partenaire. Ces statistiques proviennent de sources étrangères. Les coups infligés aux États-Unis et au Royaume-Uni sont-ils civilisés ? Là-bas, les coups tuent ou impliquent l’ingérence de la police. Tandis que nos coups, permis mais non obligatoires, et qui comportent certaines conditions et descriptions détaillées, si bien qu’ils s’apparentent à un pincement… Donc, nos coups sont considérés comme arriérés, barbares et brutaux, tandis que les coups en Amérique, qui entraînent la mort et impliquent l’intervention de la police, sont considérés comme des coups civilisés ? Pourquoi personne n’en parle ?

Journaliste : Ce n’est que sur l’islam que l’on pointe un doigt accusateur.

Ahmad Al-Tayyeb : Car l’islam est pris pour cible et les musulmans sont visés. Voilà ce que je peux dire et j’en suis certain.

Voir les extraits vidéo sur MEMRI TV