Richard Prasquier a participé dimanche 25 septembre 2011 à l'émouvante cérémonie organisée comme chaque année par le Consistoire à la Victoire en souvenir de la Shoah, en présence de nombreuses personnalités, parmi lesquelles Marie Anne Montchamp, secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la cohésion nationale, Pierre Lellouche, secrétaire d'Etat au commerce extérieur, Danièle Hoffman-Rispal, secrétaire de l'Assemblée Nationale, Bruno Dary, gouverneur militaire de Paris, Reinhard Shaffers, ambassadeur d'Allemagne, Anne Doerte Riggelsen, ambassadeur du Dannemark, Yossi Gal, ambassadeur d'Israël, Thomasz Orlowski, ambassadeur de Pologne, Thomas Schlesinger, ministre plénipotentiaire d'Autriche, maitre Serge et son épouse Beate Klarsfeld, Philippe Allouche, directeur général de la Fondation pour la Mémoire de la Shoa, Mohamed Moussaoui, président du CFCM, Jean-François Benard, procureur général de la Cour des comptes, Patrick Gérard, recteur de l'académie, Chancelier des universités de Paris en Sorbonne, Julien Dray, vice-président du Conseil régional d'Ile-de-France, les représentants de la mairie de Paris dont Mme Hoffman Rispal, le maire du Ixe, Jacques Bravo, le député Bernard Debré, le Pr Ady Steg, Mgr Beau et le père Bardin représentant l'épiscopat et l'imam Hassen Chalghoumi.

Le Grand Rabbin de France, Gilles Bernheim, le Président des Consistoires Joel Mergui, le grand Rabbin de Paris David Messas et le vice président du Consistoire Moïse Cohen se sont adressés au public. De très nombreux survivants et anciens déportés, ainsi que l'ensemble du rabbinat de Paris étaient présents à la cérémonie.

Discours prononcé par le Président du Consistoire Joël Mergui lors de la cérémonie en mémoire des déportés, organisée par le Consistoire Le 25 septembre 2011 à la Grande Synagogue de la Victoire

Shoah: un nom « non révisable », indissociable de la singularité du crime contre l'humanité des juifs d'Europe.

« Zakhor, souviens toi ! » n'oublie pas le drame de la Shoah, et souviens toi de l'héritage du judaïsme que les nazis ont voulu détruire avec notre peuple.

Ni la culture, ni la science, ni la laïcité, ni l'Europe n'ont été des remparts contre le mal absolu.

Souvenons nous, de tous les juifs assassinés à qui on a volé la vie, l'identité et jusqu'à la sépulture.

Avec eux, vit ‐comme une lumière au coeur des ténèbres‐, le souvenir des Justes ‐sauveteurs non juifs d'Israël‐ pour qui le judaïsme n'était ni un problème, ni une barrière.

Aux 6 millions d'âmes qui réclament justice, nous devons plus que la mémoire.

Nous leur devons de sauvegarder au 21e siècle la seule religion que le 20e siècle a voulu et failli anéantir.

Nous leur devons de ne pas laisser en France, la première communauté juive d'Europe s'amoindrir, s'éloigner de son identité et de ses racines.

Nous leur devons des synagogues vivantes qui ne se transformeront jamais en musées d'une religion ou d'une culture européenne perdues.

Nous leur devons de refuser que l'Europe ne devienne qu'un vaste cimetière de cendres, de fosses communes et de plaques commémoratives.

Nous leur devons de relever le défi du judaïsme européen, identité à part entière de l'Europe qu'il a contribué à bâtir.

Nous leur devons de préserver Israël, reconstruit par les rescapés et leurs descendants‐ de préserver l'Etat juif de la volonté de tous ceux qui rêvent ‐aujourd'hui comme hier‐ de rayer les juifs de la carte du monde et de l'humanité.

Cet impératif moral s'adresse à chacun: à nous ici, dans ce haut lieu du judaïsme, à vous qui nous regardez en ce moment, à tous, juifs comme non juifs.

Des solutions que nous apporterons à ces défis dépendent l'équilibre de notre société et l'avenir de nos enfants. Elles sont les réponses aux crimes du passé.

En réponse à nos synagogues qui brûlaient hier, j'appelle aujourd'hui à la préservation de nos lieux de cultes.

A l'étoile jaune imposée hier, j'oppose aujourd'hui la liberté de porter sans crainte la kippa.

En réponse aux charniers d'hier, je demande aujourd'hui la dignité pour nos morts.

A l'exclusion hier de nos enfants et de nos professeurs de toutes les écoles et universités ‐ interdits d'études‐, je requiers aujourd'hui des examens ouverts à tous, même aux plus pratiquants.

En réponse à nos rites d'abattage interdits hier, je réclame aujourd'hui le respect total de toutes nos règles alimentaires.

Ce que l'Europe a connu hier de destruction, de chambres à gaz et de négation, l'Europe d'aujourd'hui doit y répondre par la préservation et l'épanouissement du patrimoine juif et des communautés juives, pour toujours minoritaires.

Le judaïsme d'hier est bien vivant. Il enseigne toujours l'importance de la mémoire: Zakhor !

Le Consistoire organise cette cérémonie pour rappeler aussi que la mémoire seule ne suffit pas. Pour fonder l'avenir, elle doit s'articuler avec un autre commandement: « Chamor ! Protège, ou encore préserve !»

La mémoire est source de vie lorsqu'elle s'accompagne d'une démarche de préservation, et d'épanouissement pour l'avenir, ‐notre avenir à tous, juifs comme non juifs.

« Zahor et Chamor: souviens toi et protège !»

Deux commandements indissociables, voilà ce que nous devons à 6 millions de disparus et à l'humanité toute entière un devoir de mémoire autant qu'un devoir

Photo: © 2011 Erez Lichtfeld

SIN COMENTARIOS

Deja tu Comentario

A excepción de tu nombre y tu correo electrónico tus datos personales no serán visibles y son opcionales, pero nos ayudan a conocer mejor a nuestro público lector

A fin de garantizar un intercambio de opiniones respetuoso e interesante, DiarioJudio.com se reserva el derecho a eliminar todos aquellos comentarios que puedan ser considerados difamatorios, vejatorios, insultantes, injuriantes o contrarios a las leyes a estas condiciones. Los comentarios no reflejan la opinión de DiarioJudio.com, sino la de los internautas, y son ellos los únicos responsables de las opiniones vertidas. No se admitirán comentarios con contenido racista, sexista, homófobo, discriminatorio por identidad de género o que insulten a las personas por su nacionalidad, sexo, religión, edad o cualquier tipo de discapacidad física o mental.
Artículo anteriorLos gobiernos de coalición y otros fetichismos institucionales
Artículo siguientePalestina: Ser o no ser no es la cuestión
Noticias, Reportajes, Cobertura de Eventos por nuestro staff editorial, así como artículos recibidos por la redacción para ser republicados en este medio.