Diario Judío México -

Cheikh Mahmoud Mohammad, membre de l’Association des oulémas du Turkestan oriental, a déclaré dans une interview diffusée le 28 décembre 2019 sur la chaîne de télévision Elsharq (Frères musulmans égyptiens basés en Turquie) que le monde musulman condamnait et dénonçait le traitement réservé aux Palestiniens et aux musulmans Rohingya, mais soutenait la Chine dans sa politique répressive vis-à-vis des musulmans ouïghours du Turkestan oriental. Extraits :

Mahmoud Mohammad : La majorité du monde musulman ne maintient pas même de position neutre, et cela nous déroute, en tant qu’êtres humains. En octobre dernier, 22 pays européens et occidentaux ont condamné la politique chinoise au Turkestan oriental. Moins de dix jours plus tard, 37 pays du Conseil des droits de l’homme ont soutenu les mesures de la Chine dans la région du Turkestan. Plus de 15 de ces pays étaient des pays arabes et islamiques. Quand il s’agit de la cause palestinienne, des Rohingya, ou d’autres encore, ils condamnent et dénoncent tout ce qui est infligé aux Palestiniens et au peuple Rohingya ainsi qu’aux autres peuples musulmans.

Animateur : Vous parlez des gouvernements arabes ou musulmans. Ils se contentent de dénoncer.

Mahmoud Mohammad : Oui, mais seulement en ce qui concerne ces causes. S’agissant des musulmans du Turkestan, ils ont soutenu la Chine et sa politique. C’est une chose très étrange. Ils n’ont pas maintenu de position neutre. Que vont-ils dire à leur Dieu et aux générations futures de musulmans ? Je l’ignore.

Voir les extraits vidéo sur MEMRI TV


SIN COMENTARIOS

Deja tu Comentario

A fin de garantizar un intercambio de opiniones respetuoso e interesante, DiarioJudio.com se reserva el derecho a eliminar todos aquellos comentarios que puedan ser considerados difamatorios, vejatorios, insultantes, injuriantes o contrarios a las leyes a estas condiciones. Los comentarios no reflejan la opinión de DiarioJudio.com, sino la de los internautas, y son ellos los únicos responsables de las opiniones vertidas. No se admitirán comentarios con contenido racista, sexista, homófobo, discriminatorio por identidad de género o que insulten a las personas por su nacionalidad, sexo, religión, edad o cualquier tipo de discapacidad física o mental.