Ida Grinspan fut déportée le 10 février 1944, à l’âge de 14 ans, vers le camp d’. C’est la députée des Deux-Sèvres Delphine Batho, “son amie”, qui a annoncé sa mort sur Twitter.

Diario Judío México - Si ce contenu ne s’affiche pas correctement, cliquez iciElle était l’une des dernières survivantes de la Shoah. L’ancienne déportée d’, Ida Grinspan, est morte à l’âge de 89 ans. La députée des Deux-Sèvres Delphine Batho l’a annoncé dans la nuit du lundi 24 au mardi 25 septembre sur son compte Twitter. “Survivante de la Shoah, elle témoignait toujours auprès des jeunes et nous rendait souvent visite. Elle était mon amie”, écrit Delphine Batho.

De fait, Ida Grinspan, née à Paris en 1929, de parents originaires de Pologne et arrivés en France six ans plus tôt pour fuir l’antisémitisme, a témoigné à plusieurs reprises devant des collégiens de France, comme le rappelle l’Union des déportés d’, qui lui rend également hommage.

Déportée à 14 ans

En juin 2016, seize enfants de CE2, CM1 et CM2 de l’école de Sompt (Deux-Sèvres), avaient assisté au dévoilement d’une plaque en son honneur, selon La Nouvelle République. C’est là où Ida Grinspan avait été scolarisée au début de la Seconde Guerre mondiale. Ses parents l’avaient confiée à un couple dans un petit village des Deux-Sèvres, où elle sera arrêtée dans la nuit du 30 au 31 janvier 1943. Elle fut déportée le 10 février 1944 vers le camp d’Auschwitz. Elle avait 14 ans.

Avant elle, sa mère avait été arrêtée le 16 juillet 1942 lors de la rafle du Vel d’Hiv. Elle avait été aussi déportée vers Auschwitz. Le père, lui, avait été déporté en juillet 1944. Libérée le 2 mai 1945 du camp de Neustadt-Glewe en Allemagne, Ida Grinspan,n’avait retrouvé que son frère.

FuenteFrance TV
Las opiniones expresadas aquí representan el punto de vista particular de nuestros periodistas, columnistas y colaboradores y/o agencias informativas y no representan en modo alguno la opinión de diariojudio.com y sus directivos. Si usted difiere con los conceptos vertidos por el autor, puede expresar su opinión enviando su comentario.

SIN COMENTARIOS

Deja tu Comentario

Artículo anteriorCADENA: Sinaloa nos necesita
Artículo siguienteSueño en libertad