Diario Judío México -

Le 28 janvier 2019, lors d’une session parlementaire en Iran, le député Ali Adiyani a critiqué le ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif, pour son adhésion au PAGC (Plan d’action global commun), dit Accord de Vienne, alors même qu’il avait déclaré ne pas faire confiance aux États-Unis. Adiyani a relevé que le PAGC n’avait pas rempli les promesses de Zarif.

Zarif a rétorqué : Pourquoi reprochez-vous à [l’Iran]… la déloyauté du gouvernement du régime criminel américain ?… Que peut-on attendre d’un pays qui ne respecte pas les principes incontestables du droit international ? » Il a ajouté que le PAGC avait largement bénéficié à l’Iran et que la décision du président Trump de se retirer l’avait isolé du reste du monde. La vidéo a été diffusée sur la Première chaîne iranienne. Extraits :

Ali Adiyani : [Je demande à M. Javad] Zarif : Qui a dit que la garantie de [John] Kerry suffisait et que sa signature constituait une garantie ? Vous dites que vous ne lui faisiez pas confiance, mais qu’avez-vous fait ? Si c’est cela la méfiance, que les linguistes modifient la définition de « méfiance » dans nos lexiques, nos écrits et nos dictionnaires persans, et remplacent le terme « confiance » par « PAGC ». Honorable Monsieur Zarif, [le PAGC] aurait dû faire prospérer nos marchés nationaux et privés. Vous avez dit que grâce au PAGC, notre peuple jouirait d’un taux d’emploi élevé, d’une production accrue, d’une solution aux problèmes de l’eau et de l’environnement, d’un meilleur sens de l’honneur national et d’une augmentation de la valeur du passeport iranien. Est-ce ce qui est arrivé ? […]

Mohammad Javad Zarif : Pourquoi reprochez-vous à la République islamique la déloyauté du gouvernement du régime criminel américain ? Pourquoi considérez-vous cette source d’honneur et de fierté nationale iranienne [le PAGC] comme aussi [humiliante] que le Traité de Turkmenchai ? L’engagement était satisfaisant, nous avions signalé que c’était le cas, mais le régime américain s’est retiré de cet engagement, tout comme il s’est retiré de milliers d’autres engagements. Que peut-on attendre d’un gouvernement qui ne respecte pas les principes incontestables du droit international ? Qui a dit que nos actes reposaient sur la confiance ? […] Nous avons présenté le rapport sur l’application du PAGC au Majlis. Et si vous aviez décidé… Nous ferons ce que vous déciderez. Cela ne nous pose aucun problème. Pensez-vous que me retirer du PAGC me pose un problème ? La décision ne m’appartient pas. L’Etat décide. L’État doit prendre une décision à ce sujet, mais sachez que le PAGC a largement bénéficié à l’Iran. M. Trump essaie depuis deux ans de supprimer ce bienfait, et se retrouve aujourd’hui isolé du reste du monde.

Voir les extraits vidéo sur MEMRI TV