Des soldats de Tsahal aperçus en train d’effectuer des raids d’arrestation dans la région d’Hébron (Capture d’écran/Channel 13)

Les troupes israéliennes opérant dans la région d’Hébron dans le sud de la Judée-Samarie ont  arrêté ces derniers jours plus de 100 membres du  qui prévoyaient de mener des attaques terroristes, a rapporté la Treizième chaîne lundi 20 décembre.

Il n’y a eu aucun commentaire officiel des Forces de défense israéliennes ; cependant, l’équipe de télévision a accompagné des hommes de troupes lors de certains des raids qui ont eu lieu au cours des deux dernières semaines.

Le reportage indique qu’une récente attaque terroriste bâclée a déclenché les raids, lorsqu’un membre du de 16 ans, armé d’un fusil M-16, a tenté de tirer à l’entrée de l’implantation d’Efrat au sud de Jérusalem, mais a échoué et s’est enfui quand son arme s’est enrayée.

L’incident a conduit Tsahal et le service de sécurité du Shin Bet à se rendre compte qu’il y avait des cellules du armées d’armes de qualité militaire opérant dans la région d’Hébron qui planifiaient des attaques en Judée-Samarie et en Israël, selon le reportage.

Au cours des deux dernières semaines, des groupements d’unités de Tsahal ont opéré à Hébron et dans les villages environnants à la recherche de membres du cercle. Le reportage la qualifie de l’une des opérations les plus importantes de ces dernières années contre le en Cisjordanie et indique que plus de 100 membres de la branche militaire du groupe terroriste ont été arrêtés.

“Nous opérons à une échelle très large et de façon très agressive afin d’empêcher la prochaine attaque”, a déclaré l’un des officiers participants à la Chaîne 13.

Des soldats de Tsahal aperçus en train d’effectuer des raids d’arrestation dans la région d’Hébron (Capture d’écran/Channel 13)

Le reportage le compare aux arrestations annoncées le mois dernier d’une importante cellule (50 individus) du  opérant dans le nord de la Judée-Samarie.

Cependant, ces arrestations ont été annoncées publiquement par Tsahal et le Shin Bet, qui ont détaillé les membres capturés et tués, les armes récupérées et les cibles qu’ils prévoyaient de frapper.

Le rapport indiquait que les cellules d’Hébron, comme l’autre cellule, étaient dirigées par un membre du basé en Turquie, qui a été libéré dans le cadre de l’accord Gilad Shalit, mais ne l’a pas nommé.

L’accusation est similaire à celle faite lors des arrestations de l’autre cellule.

Des soldats de Tsahal emmènent un suspect détenu lors de raids dans la région d’Hébron en Cisjordanie (Capture d’écran/Channel 13)

Selon le Shin Bet, il était dirigé de loin par Saleh al-Arouri, chef adjoint du bureau politique du groupe terroriste, et Zacharia Najib, membre de l’organisation qui a été libéré de la prison israélienne lors de l’échange Shalit en 2011. Dans l’accord de 2011, 1 027 terroristes palestiniens ont été libérés de leur incarcération en Isra¨el en échange de la libération de Shalit, un soldat de Tsahal qui avait été kidnappé par le le long de la frontière de Gaza en 2006.

Al-Arouri et Najib vivent tous deux en Turquie, qui entretient depuis longtemps des relations étroites avec le , politiquement lié au président turc Recep Tayyip Erdogan.

Les responsables israéliens pensent généralement que le cherche à mener des attaques en Judée-Samarie et en Israël tout en maintenant un calme relatif dans la bande de Gaza, où le groupe est le dirigeant de facto.