Diario Judío México - Dans un éditorial paru le 12 juin 2019 dans le quotidien koweïtien en anglais Arab Times, intitulé « Wanted – Une nouvelle génération de politiciens sunnites libanais », l’homme d’affaires émirati Khalaf Ahmad Al-Habtoor a écrit que le Liban a besoin de nouveaux chefs sunnites pour remplacer les leaders actuels, qui capitulent face à l’allié du Liban, le Hezbollah, qui s’est emparé du pays. Les dirigeants actuels du Liban, a affirmé Habtoor, sont tellement intimidés par le Hezbollah qu’ils ont renoncé à le combattre, gagnés par la devise « si vous ne pouvez pas les battre, rejoignez-les ».

A titre d’exemple, il a présenté le Premier ministre libanais Saad Al-Hariri, qui a récemment déclaré que le Hezbollah avait le droit de préserver ses armes. Al-Habtoor a concédé qu’Al-Hariri n’avait peut-être pas d’autre choix que d’accepter que le Hezbollah soit armé, mais se demande pourquoi il a éprouvé le besoin « d’annoncer publiquement qu’un groupe terroristes était libre de conserver un arsenal privé ». Il a appelé le peuple libanais à remplacer « la vieille garde défaillante » par des dirigeants qui placeront le bien du pays avant leurs propres intérêts. Extraits :[1]

Il fut un temps où je considérais Beyrouth comme ma seconde maison. C’était l’une de mes destinations de vacances favorites, et j’étais plus qu’heureux d’investir beaucoup d’argent dans un lieu doté selon moi d’un potentiel énorme. Mais c’était avant qu’elle ne devienne un satellite iranien, caché derrière la façade d’une démocratie confessionnelle.

En contemplant le désordre dans lequel se trouve aujourd’hui le malheureux Liban, je ne peux que chérir mes merveilleux souvenirs et prier pour une solution qui pourra briser les chaînes suffocantes du Hezbollah. Je suis toutefois sérieusement déçu de constater que l’opposition, en particulier les partis sunnites, semble avoir abandonné la lutte.

Il y avait autrefois un équilibre délicat entre l’influence politique des sunnites et des chiites, qui constituaient ensemble environ 52 % de la population de 6,9 millions d’habitants. Les statistiques démographiques précises sont inconnues. Il n’y a pas eu de recensement depuis 1932, car cette question est jugée trop sensible, mais il est certain que les milices chiites, avec la coopération de certains défaitistes chrétiens et druzes, ont pris le dessus.

Malheureusement, les dirigeants sunnites actuels ont été tellement intimidés par le Hezbollah, allié armé de l’Iran, désigné comme terroriste par les Etats-Unis et par le monde, que leur rôle dans le maintien de la sécurité et de la croissance économique du Liban ainsi que dans la défense des intérêts de cette communauté libanaise fondamentale a été réduit. La prise de décision a été remplacée par le type d’assentiment « si vous ne pouvez pas les battre, rejoignez-les ».

Les dirigeants sunnites, entre autres, n’ont pas le courage de faire des vagues, de crainte de troubler le statu quo. Ils prétendent résister aux diktats de Hassan Nasrallah et ils tentent souvent de bloquer provisoirement les mesures parlementaires qu’ils désavouent, avant de céder aux demandes du Hezbollah et de son allié politique, le mouvement Amal de Nabih Berri.

Après 29 mois de bras de fer, durant lequel le pays a stagné, le Hezbollah a réussi en 2016 à désigner Michel Aoun comme président, et accepté l’offre de Premier ministre de Saad Hariri, seulement pour jeter des blocs sur sa route vers la constitution d’un gouvernement. Non content d’avoir choisi le président, le Hezbollah s’est immiscé dans la « province » du Premier ministre, le portefeuille du cabinet.

L’an dernier, Hariri s’est lui-même décrit comme « le père des sunnites » au Liban, mais la question de savoir s’il mérite ce titre fait l’objet de discussions… Le Premier ministre Saad Hariri a récemment béni le « droit » du Hezbollah de conserver ses armes. Apparemment, il n’a guère d’autre choix, mais pourquoi annoncer publiquement le fait qu’un groupe terroriste est libre de conserver son arsenal privé ? La corruption est omniprésente sous sa direction et l’économie est en train de s’effondrer sous le poids de la dette. Un budget d’austérité est mis en œuvre, qui prévoit coupes dans les prestations, les services publics et les salaires. Il a été accueilli par des protestations de divers secteurs le mois dernier, et lorsque que la population en ressentira les douloureux effets, il y en aura probablement beaucoup d’autres.

Le dirigeant druze Walid Joumblatt se considère comme un faiseur de rois, et il joue dans la cour des grands. C’est un survivant, qui change de côté selon la direction du vent. Lorsqu’il a été récemment interrogé sur ses relations avec le Hezbollah, il a déclaré : « Nous les considérons comme une puissance essentielle au Liban, une puissance politique et militaire… » Comme la plupart des dirigeants libanais, de toutes communautés, Joumblatt s’abstient d’émettre toute critique ouverte contre le Hezbollah…

A mon avis, l’absence de dirigeants forts fait des sunnites une proie facile. J’appelle par conséquent les Libanais à déloger cette vieille garde défaillante. Ils devraient être mis à la retraite et remplacés par des dirigeants qui placeront le pays avant leurs propres intérêts ; des leaders comme les anciens Premiers ministres Riad Al-Solh, Saeb Salam et Rafik Hariri, des hommes dont la loyauté envers leur pays était absolue et qui ont pris la défense des sunnites, des chrétiens, des chiites et de tous ceux qui sont fiers de se dire Libanais.

Lien vers le rapport en anglais

Note :

[1] Arab Times (Koweït), 12 juin 2019.


SIN COMENTARIOS

Deja tu Comentario

A fin de garantizar un intercambio de opiniones respetuoso e interesante, DiarioJudio.com se reserva el derecho a eliminar todos aquellos comentarios que puedan ser considerados difamatorios, vejatorios, insultantes, injuriantes o contrarios a las leyes a estas condiciones. Los comentarios no reflejan la opinión de DiarioJudio.com, sino la de los internautas, y son ellos los únicos responsables de las opiniones vertidas. No se admitirán comentarios con contenido racista, sexista, homófobo, discriminatorio por identidad de género o que insulten a las personas por su nacionalidad, sexo, religión, edad o cualquier tipo de discapacidad física o mental.