Diario Judío México - Voir les extraits vidéo sur MEMRI TV

Reem Abou Hassan, présidente d’honneur de l’Institut pour la défense des victimes de violence dans la famille, a déclaré lors d’un débat sur la chaîne Al-Mamlaka (Jordanie), le 28 janvier 2019, que les gens ne devraient pas avoir beaucoup d’enfants s’ils n’ont pas les moyens de les traiter tous équitablement. De même, les filles ne devraient pas être mariées jeunes pour permettre aux fils de devenir ingénieurs, car leurs besoins ne doivent pas être satisfaits au détriment de ceux de leurs sœurs.  Extraits :

Animateur : Si un homme a six ou sept filles, que doit-il faire ? Je pose juste une question. Soyons raisonnables. Un homme a un travail avec un revenu limité, et il a six ou sept filles à la maison. Que peut-il faire…

Reem Abou Hassan : La première question est : pourquoi a-t-il eu six ou sept [enfants] ? Commençons par là… Nous devrions commencer par parler du taux de natalité, fondamentalement… Dans cette conjoncture économique, les gens ne devraient pas avoir six ou sept enfants.

Animateur : Cinq ou six enfants ? Dieu peut pourvoir aux besoins de toute l’humanité… C’est une tradition jordanienne. Les Jordaniens sont fiers de leurs enfants. [Ils disent] : « J’ai six enfants, et quatre d’entre eux sont ingénieurs. Ce genre de choses.

Reem Abou Hassan : Ainsi, simplement parce que mon but est d’élever six ingénieurs, je dois marier ma fille à l’âge de 15 ans ? Tout cela parce que je veux six garçons ingénieurs ? Une personne qui veut avoir des garçons et des filles doit être capable de subvenir aux besoins de tous, de manière équitable et juste, afin de pouvoir envoyer son fils étudier l’ingénierie tout comme elle enverra sa fille devenir médecin. La situation ne doit pas être telle que les besoins d’un côté de la famille sont satisfaits au détriment de l’autre.