Diario Judío México - Le 8 novembre 2018, Mohammed Al-Amadi, envoyé spécial du Qatar à Gaza, a remis trois valises contenant 15 millions de dollars en espèces du Qatar au Hamas, dans le cadre d’un accord avec Israël, négocié par l’entremise de l’Egypte et de l’ONU. Cet argent, introduit à Gaza avec le consentement d’Israël, fait partie d’un plan promu par l’Egypte en vue d’obtenir un cessez-le-feu entre le Hamas et Israël, et par la suite une réconciliation entre le Hamas et le Fatah.[1] Selon ce plan, le Qatar doit remettre 90 millions de dollars au Hamas au cours du prochain semestre, en six versements mensuels de 15 millions de dollars, pour payer les salaires des fonctionnaires du mouvement.[2] Le 9 novembre 2018, au lendemain du premier versement, les autorités du Hamas ont annoncé que l’argent est transféré aux fonctionnaires et qu’il serait aussi utilisé pour financer les programmes d’emploi temporaire destinés aux chômeurs de Gaza.[3]

Selon des informations, après une rencontre entre le président égyptien Abd Al-Fatah Al-Sissi et le président palestinien Mahmoud Abbas, l’Autorité palestinienne (AP) a accepté ce plan, à condition que le cessez-le-feu soit signé entre elle et Israël, plutôt qu’entre Israël et le Hamas. L’AP a également reçu des assurances que le plan inclurait des tentatives en vue de promouvoir la réconciliation intra-palestinienne, afin de rétablir le contrôle de l’AP sur Gaza.[4]

Néanmoins, la remise de l’argent au Hamas par le Qatar a déclenché la fureur d’officiels de l’AP et du Fatah, qui y ont vu un renforcement de la domination du Hamas à Gaza et une violation des engagements pris par le Qatar de ne fournir une aide à Gaza que par le biais des institutions de l’AP.[5] Des officiels de l’AP ont déclaré qu’en finançant le Hamas, le Qatar renforce son gouvernement à Gaza et creuse le fossé entre Palestiniens, à tel point que Gaza pourrait devenir une entité politique distincte de la Cisjordanie, ce qui servirait les intérêts d’Israël et des Etats-Unis, et « l’Accord du siècle » américain. Certains ont salué les Gazaouis qui ont jeté des pierres sur la voiture de l’envoyé qatarien.[6] Des critiques similaires contre le Qatar ont aussi été exprimées dans des articles de la presse palestinienne.

Lire la suite de l’article en anglais

Notes :

[1] Des informations font état du fait qu’en fournissant cette aide au Hamas, le Qatar ne négocie pas directement avec l’Egypte, mais agit face à Israël en coordination avec l’ONU. Voir notamment, Al-Hayat Al-Jadida (November), 8 novembre 2018.

[2] Al-Akhbar (Liban), Al-Quds (Jérusalem), 2 novembre 2018 ; Al-Sharq Al-Awsat (Londres), 10-11 novembre 2018.

[3] Selon l’accord avec Israël, en sus de payer les salaires des fonctionnaires, le Qatar fournira aussi 60 millions de dollars au cours des six prochains mois pour alimenter la centrale électrique de Gaza. Palinfo.com, 7 novembre 2018 ; Filastin (Gaza), 9 novembre 2018.

[4] Al-Hayat (Dubai), 4 et 9 novembre 2018.

[5] Al-Hayat Al-Jadida (PA), 3 juillet 2018. Voir Enquête et analyse de n° 1414, Hamas Officials, Pro-Hamas Writers Legitimize Indirect Negotiations With Israel, Explain The Benefits Of A Deal With It, 4 septembre 2018.

[6] Al-Sharq Al-Awsat (Londres), 11 novembre 2018.