Diario Judío México -

Lors d’un épisode de l’émission « La ligne bleue », diffusé le 7 mars 2019 sur la Deuxième chaîne (Égypte), Al-Azab Al-Tayyeb, chroniqueur égyptien publiant dans le quotidien Al-Ahram, a déclaré que l’« entité sioniste » disposait de groupes de pression influents dans le monde entier – et notamment aux États-Unis – qui exercent un contrôle financier, médiatique et politique sur les centres de décision comme le Congrès américain, le président, le Département d’État et les think tanks.

Al-Tayyeb a déclaré que le nombre de six millions de Juifs brûlés pendant l’Holocauste était fortement exagéré et qu’il ne s’agissait que de quelques centaines de milliers tout au plus. Selon lui, les chambres à gaz étaient trop petites pour brûler des millions de Juifs, et qu’elles avaient servi à incinérer les cadavres de prisonniers ayant succombé à la fièvre typhoïde, en raison du manque de services médicaux. Au cours de l’émission, le narrateur d’un bref documentaire a affirmé que la propagande sioniste utilisait l’antisémitisme et le mensonge de l’Holocauste comme une affaire rentable pour extorquer de l’argent à l’Occident. Il a également affirmé que, pour gagner plus d’argent, les Juifs avaient gonflé les chiffres et prétendu que les chambres à gaz avaient été utilisées pour les exterminer. Extraits :

Al-Azab Al-Tayyeb : Le lobby sioniste n’existe pas seulement dans l’entité sioniste. Il est présent en Europe, en Amérique et dans d’autres régions du monde, comme le Canada, et dans certaines régions d’Afrique du Sud. Ce lobby a objectivement réussi à vendre la notion [de l’Holocauste] très efficacement.

Journaliste : Ils ont les médias et de bonnes relations…

Al-Azab Al-Tayyeb : L’influence est la chose la plus importante dont jouit l’entité sioniste, à travers ses lobbys considérables, partout dans le monde, notamment en Amérique. Ces lobbies, ou groupes de pression, exercent un contrôle financier, médiatique et politique sur les centres de décision : le Congrès, le président, ainsi que le Département d’Etat. Elle entretient des liens étroits avec des think tanks, dont certains reflètent entièrement la vision sioniste. […]

Concernant l’affirmation selon laquelle six millions de Juifs auraient été brûlés pendant la guerre en Allemagne ou dans des pays gouvernés par l’Allemagne à l’époque…

Journaliste : Pensez-vous que ce chiffre soit exagéré ?

Al-Azab Al-Tayyeb : Tout à fait. Quand j’ai appris les faits, j’ai trouvé étrange…

Journaliste : Pourquoi pensez-vous que ce chiffre est exagéré ?

Al-Azab Al-Tayyeb : Tout d’abord, le nombre de Juifs en Europe à l’époque ne dépassait pas les 6,5 millions, selon les chiffres que j’ai trouvés.

Journaliste : Le nombre total de Juifs en Europe était donc de 6,5 millions.

Al-Azab Al-Tayyeb : Certains disent qu’il atteignait les 9 millions. Comment un pays peut-il exterminer tous les Juifs d’un continent entier ?

Journaliste : Cela va à l’encontre des faits et de toute logique.

Al-Azab Al-Tayyeb : C’est exact. […]

Narrateur : Le mouvement sioniste a réussi à occuper la Palestine sur la base d’une grande quantité de mythes. L’un de ces mythes était l’Holocauste. Le mot « Holocauste » est utilisé pour décrire l’extermination massive des Juifs par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, selon ce que prétendent les sionistes. […]

Même si les événements violents de la Seconde Guerre mondiale ont fait des victimes juives et non juives, la propagande sioniste a propagé le terme « antisémitisme », qui dénote le ressentiment de l’Occident envers les Juifs, mais non envers les autres, et elle a restreint les événements de l’Holocauste aux seules [victimes] juives. De nombreux historiens israéliens croient que l’Holocauste est un mensonge au service de l’entreprise sioniste en Palestine. Certains d’entre eux croient que le mouvement sioniste a coopéré avec l’Allemagne nazie pour inciter les Juifs à émigrer et à créer leur État et leur entité en Palestine après la Seconde Guerre mondiale. [Le mouvement sioniste] s’emploie à raviver la mémoire du mensonge de l’« Holocauste » le 27 janvier de chaque année. Il s’est fait le représentant des Juifs du monde entier, vivants et morts. Israël exige des réparations à l’Europe tout entière. L’industrie de l’Holocauste est devenue aujourd’hui une activité rentable, ainsi qu’un moyen par lequel Israël extorque [de l’argent] au pays occidentaux. Israël a fait pression sur l’Allemagne jusqu’à ce que le gouvernement allemand accepte de payer des réparations aux Juifs. Israël a joué avec les chiffres et a gonflé le nombre de Juifs en Allemagne à l’époque des nazis, prétendant qu’il y avait six millions de Juifs. Pour obtenir plus d’argent, Israël a inventé des histoires sur les nazis utilisant des chambres à gaz pour [perpétrer] le massacre des Juifs. […]

Al-Azab Al-Tayyeb : La propagande sioniste s’est focalisée sur ces chambres à gaz, affirmant que les nazis s’en servaient pour exterminer tant de gens. D’après les faits scientifiques, je conteste ces chiffres. De nombreuses études méthodiques et scientifiques mentionnent des chiffres plus faibles, y compris une étude de Garaudy, comme je l’ai déjà mentionné.

Journaliste : Quelques centaines de milliers, peut-être ?

Al-Azab Al-Tayyeb : Oui. Tout d’abord, à propos de ces chambres à gaz… On dit que ces Juifs y ont été brûlés. Ces chambres à gaz étaient très petites. Ainsi, ces chambres n’ont pu être utilisées pour brûler ces millions. J’ai été très clair à ce sujet. Mais, ce qui est plus important encore, les Allemands n’ont brûlé personne dans ces chambres. Ces chambres n’étaient utilisées que pour brûler les cadavres des malades, juifs et autres. Les nazis ne détenaient pas que des Juifs. Ils détenaient des gens de toutes nationalités, y compris ceux qui s’opposaient à eux dans les pays qu’ils occupaient. Ils amenaient les détenus dans les camps de concentration… Malheureusement, il y avait un manque de services médicaux, surtout dans les dernières années [de la guerre], parce que tous les efforts – tant en termes de finances que de services – étaient dirigés vers l’obtention d’armes et leur envoi sur les lignes de front. Par conséquent, de nombreux détenus ont contracté des maladies, en particulier la fièvre typhoïde. Ils sont morts, et il fallait brûler leurs cadavres dans ces chambres, afin d’éviter des effets sanitaires négatifs sur le reste des détenus.

Voir les extraits vidéo sur MEMRI TV