Diario Judío México -

Le journaliste libanais Nadim Koteich a accusé le Djihad islamique d’avoir déclenché le récent cycle d’affrontements avec Israël. Dans une interview diffusée sur la chaîne de télévision libanaise LDC le 11 mai 2019, il a déclaré que le Hamas et le Djihad islamique, représentant respectivement les Frères musulmans et l’Iran, auraient dû profiter du retrait unilatéral israélien de Gaza pour aboutir à un compromis national palestinien. A la place, ils ont « entravé toute possibilité de paix » et se sont « retrouvés dans une prison appelée Gaza », a-t-il observé. Extraits :

Nadim Koteich : On doit cesser de vendre le sang du peuple de Gaza. Cette bataille a été initiée par le Djihad islamique, pas par Israël.

Journaliste : Pardonnez-moi…

Nadim Koteich : Cette bataille a été initiée par le Djihad islamique. Le Djihad islamique et le Hamas se trouvaient au Caire depuis jeudi pour débattre d’un cessez-le-feu. Vendredi matin, le Djihad islamique a décidé, de son propre chef, de tirer sur deux Israéliens, ce qui a déclenché cette bataille dans la bande de Gaza. Assez de vendre le sang des Gazaouis ! […]

[Israël] a été entraîné de force dans cette bataille, dans laquelle il n’avait aucun intérêt. Israël s’est retiré unilatéralement de Gaza en 2005. L’entreprise criminelle des Frères musulmans, représentée par le Hamas, et l’entreprise criminelle iranienne, représentée par le Djihad islamique, ont jeté Gaza dans une guerre civile palestinienne. Appelons un chat un chat. La cible du chef du Hamas, Sinwar, est Ramallah, pas Israël. Il combat Mahmoud Abbas, pas Israël. […] Est-ce qu’Israël s’est retiré unilatéralement de Gaza en 2005 oui ou non ?

Journaliste : Mais il a poursuivi ses attaques…

Nadim Koteich : Non, pas du tout.

Journaliste : Holà, holà, holà, holà, holà…

Nadim Koteich : Les attaques n’ont pas continué, Dima. Appelons un chat un chat.

Journaliste : Avez-vous entendu parler de 2009 ? Avez-vous entendu parler de 2014 ?

Nadim Koteich : Mais comment la guerre a-t-elle commencé ? Les Palestiniens auraient dû profiter de l’occasion du retrait israélien de Gaza pour aboutir à un compromis national. Au lieu de cela, le Hamas a opté pour un coup d’État en 2007 et pour une guerre civile. Au lieu d’une solution à deux États, nous avons à présent une situation à trois États : un État des Frères musulmans à Gaza, un État de Mahmoud Abbas à Ramallah et un État israélien en Israël. Tant qu’il y a trois États, il ne peut y avoir de solution à deux États. La résistance devrait comprendre quelle est la solution naturelle aux problèmes palestiniens. Le Hamas et le Djihad islamique ont entravé toute possibilité de paix et se sont retrouvés dans une prison appelée Gaza.

Voir les extraits vidéo sur MEMRI TV


SIN COMENTARIOS

Deja tu Comentario

A fin de garantizar un intercambio de opiniones respetuoso e interesante, DiarioJudio.com se reserva el derecho a eliminar todos aquellos comentarios que puedan ser considerados difamatorios, vejatorios, insultantes, injuriantes o contrarios a las leyes a estas condiciones. Los comentarios no reflejan la opinión de DiarioJudio.com, sino la de los internautas, y son ellos los únicos responsables de las opiniones vertidas. No se admitirán comentarios con contenido racista, sexista, homófobo, discriminatorio por identidad de género o que insulten a las personas por su nacionalidad, sexo, religión, edad o cualquier tipo de discapacidad física o mental.