Diario Judío México -

L’intellectuel irakien Abdoul Jabbar Al-Rifaee a demandé, lors d’une interview diffusée le 7 août 2019 sur la chaîne Al-Araby (Royaume-Uni), quelle a été la contribution du monde islamique au développement des sciences modernes depuis cinq siècles, dans les différents domaines. Donnant l’exemple des prix Nobel, attribués à des centaines de personnes depuis environ un siècle, Al-Rifaee a souligné que très peu ont été décernés à des musulmans, surtout si l’on tient compte de l’importance de la population musulmane dans le monde. Al-Rifaee a affirmé que le problème résidait dans la mémoire historique des musulmans, qui, selon lui, les étouffe. Extraits :

Abdoul Jabbar Al-Rifaee : Depuis 500 ans, les sciences modernes se sont constituées dans des domaines variés – sciences naturelles, sciences appliquées, philosophie, sciences sociales, sciences humaines… Quelle a été la contribution du monde islamique à tout cela ? Soyons honnêtes. Répondons honnêtement. Le prix Nobel, qui est un prix très éminent, est décerné depuis le début du XXe siècle et jusqu’à nos jours. Il a été décerné à des centaines de personnes ayant fait des découvertes dans les différents domaines. Combien de scientifiques musulmans ont reçu ce prix pour leurs découvertes ? Surtout si l’on considère que, sur le plan démographique, le monde islamique représente une grande partie de la population mondiale. Il y a donc un problème. Le problème réside dans le fardeau de la mémoire [historique]. Ce que notre culture considère comme une loyauté envers son patrimoine est en réalité une prison qui étouffe les musulmans.

Journaliste : OK, donc cette idée….

Abdoul Jabbar Al-Rifaee : Je n’appelle pas à effacer ou à annuler notre patrimoine. Cependant, nous devons examiner notre patrimoine à travers le prisme de l’ère [moderne], plutôt que depuis une perspective développée par [l’imam] Al-Shafi’i il y a 12 siècles.

Voir les extraits vidéo sur MEMRI TV