1. 1 million de vue pour le témoignage du Colonel Kemp lors de la session exceptionnelle des Nations Unies sur les émeutes de Gaza.

Diario Judío México - En mai, le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies, préjugeant Israël coupable de crime de guerre dans l’exercice de sa légitime défense contre les terroristes du Hamas, a convoqué une réunion d’urgence pour traiter des émeutes de Gaza. UN Watch a alors invité le colonel Richard Kemp, pour témoigner devant le Conseil de ce qu’il avait vu.

Commandant des forces armées britanniques en Afghanistan, le Col Kemp a reproché aux Nations Unies de se rendre complices des futurs bains de sang causés par le Hamas. D’après lui, « le refus du Conseil de reconnaître la responsabilité du Hamas pour le sang versé à la frontière entre Gaza et Israël, ne fait qu’excacerber leur violence et leur utilisation de boucliers humains ».

La vidéo du discours du Colonel Kemp a été vue plus d’1 million de fois sur Facebook et partagée à travers le monde.

  1. Outrancier : la Syrie autorisée à présider l’Organe de Désarmement des Nations Unies

En Avril, la Syrie d’Assad, qui utilise des armes chimiques contre sa propre population, a pris la présidence de la Conférence du Désarmement des Nations Unies, dont le but est de limiter la prolifération des armes nucléaires et de gérer les Conventions Internationales interdisant l’utilisation des armes biologiques et chimiques. La contestation de UN Watch a généré une avalanche de réactions à travers le monde : les Etats-Unis ont claqué la porte du Conseil et le régime syrien a été condamné par les représentants de l’UE, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la France, le Canada et les Pays-Bas.

  1. Amnesty International mis au pilori pour son harcèlement à l’encontre de UN Watch.

En janvier 2018, Amnesty International a été mis au pilori pour s’être acharné contre UN Watch et avoir empêché son CEO, Hillel Neuer, de donner une conférence dans leurs locaux. Comme l’a rapporté la presse (The Guardian, Haaretz et autres), la branche UK d’Amnesty a annulé à la dernière minute un débat sur le biais anti-Israël à l’ONU, prévu dans son bureau londonien, entre Hillel Neuer et un représentant d’une association pro-ONU anglaise. Amnesty s’est défendu en disant qu’il ne pouvait pas accueillir un événement organisé par le « Jewish Leadership Council » anglais, un regroupement de 34 organisations de bienfaisance juives et UN Watch. Pourquoi ? Explication du New York Post :

Excuse officielle : comme Amnesty soutient la campagne anti-israélienne du BDS « ce ne serait pas correcte d’accueillir un événement organisé par ceux qui soutiennent les implémentations juives. » Il est clair ici qu’Amnesty vise spécifiquement UN Watch, dont le très charismatique directeur Hillel Neuer, devait être opposé à un activiste pro-ONU durant le débat.

Pire, Amnesty a prétendu que la présence d’Hillel Neuer dans ses bureaux représentait un risque pour ses employés sur le terrain. Il est probable qu’Amnesty ait craint d’être embarrassé par un débat duquel Neuer serait surement sorti vainqueur.

L’islamiste Maajid Nawaz, un ancien prisonnier d’opinion d’Amnesty, a aussi dénoncé le fanatisme de d’Amnesty, il écrit : « les Droit de l’Homme sont universels, ceci signifie que l’on défend le droit de quelqu’un de dire quelque chose, même si on est en désaccord total. En tous cas, ce fut le raisonnement donné par Amnesty à mon sujet quand j’étais emprisonné en Egypte accusé d’être islamiste. »

Accueilli par des parlementaires, le débat de Hillel Neuer a finalement fait salle comble au Parlement Britannique. Cette semaine-là, Neuer a aussi donnée des conférences dans les Universités de Oxford et Cambridge.

  1. En phase avec UN Watch, le Ministre Suisse des Affaires Etrangères a déclaré : « l’UNRWA fait partie du problème ».

Après plus de deux ans d’incitations de UN Watch pour que la Suisse change sa politique au sujet de UNRWA, l’agence étant particulièrement politisée, le Ministre Suisse des Affaires Etrangères, Ignazio Cassis a finalement déclaré que « l’UNRWA faisait partie du problème » et « qu’en soutenant l’UNRWA, on fait vivre le conflit, c’est un logique perverse ». La presse suisse a couvert cette campagne de UN Watch dans le Neue Zurcher Zeitung, le Sonntags Zeitung, le Basler Zeitung, le Blicket le 20 Minuten.

 

  1. La campagne contre la présence des dictatures au Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies

En octobre, à l’encontre de leur propre règlement, les Nations Unies ont élu des états qui violent les Droits de l’Homme parmi le 47 représentants du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies. UN Watch a dénoncé ce scandale dans un rapportco-écrit avec la Human Rights Foundation et le Raoul Wallenberg Centre for Human Rights. Ce rapport a été repris dans un important article du Guardian intitulé « pourquoi les pires violateurs des droits fondamentaux rejoignent le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies ». En outre, ce rapport a été mentionné dans plusieurs journaux. Les tweets de UN Watch sur le sujet ont fait le buzz et ont été partagés par de nombreux leaders d’opinion.

  1. Opposition au racisme dans les pays arabes : discours en réponse à « Où sont vos juifs ? »

En 2017, Hillel Neuer a réduit au silence les états arabes avec une simple question : « Où sont vos juifs ? ». Ce discours a été regardé 7 millions de fois sur internet. En juin 2018, Hillel Neuer a répondu : « Aujourd’hui je suis venu vous donner la réponse à ma question. Algérie, Iraq, Syrie Egypte, Liban, Yemen, Libye : vos juifs ont fui en tant que réfugiés après avoir enduré des persécutions et des pogroms, comme celui de Farhud à Bagdad en 1941 ».

La vidéo a recueilli plus d’1.5 millions de vues

  1. Honte à l’Assemblée Générale des Nations Unies pour avoir adopté 21 résolutions contre le seul Etat d’Israël et 6 contre l’ensemble de tous les autres états du monde

Alors que l’Assemblée Générale des Nations Unies a distingué Israël en adoptant 21 résolutions contre lui et 6 résolutions contre le reste du monde, UN Watch a exposé ce biais au monde :

En Novembre, en un seul jour l’Assemblée Générale des Nations Unies a émis 9 condamnations contre Israël. Grâce à notre collègue de New York, Dan Smith qui était présent, le tweet live de UN Watch sur ce déplorable résultat a crée un véritable buzz. Bild, le quotidien le plus largement distribué en Europe, a repris le rapport de UN Watch, suscitant l’indignation en Allemagne, cette dernière ayant voté contre Israël. S’adressant à Heiko Maas, Ministre des Affaires Etrangères, un Parlementaire s’est exprimé : « Je ne peux pas comprendre pourquoi l’Allemagne a abandonné Israël ». Alors que la réponse de Maas était particulièrement faible,  Hillel Neuer s’exprimait sur Sky News Australia et le lendemain à Francfort devant le 5eCongrès Germano – Israélien.

En décembre, le décompte final des résolutions créait à nouveau le buzz et était repris par de nombreux sites et partagé par des journalistes et leaders d’opinions à travers le monde.

 

  1. Le rapport de UN Watch sur les Nations Unies et l’Antisémitisme est discuté à la Knesset

UN Watch a sorti son rapport couvrant 10 ans de relations entre les Nations Unies et l’Antisémitisme et l’a présenté devant une salle comble à la Knesset. L’événement était présidé par Yair Lapid, parlementaire et dirigeant du parti Yesh Atid. En outre, le débat a permis de nombreuses interventions, notamment d’Ayelet Shaked – ministre de la Justice, Issac Herzog – leader d’opposition à l’époque, plusieurs législateurs, un représentant du Ministère des Affaires Etrangères, Irwin Cotler, ancien Ministre de la Justice Canadien et d’autre experts reconnus. Ecrit par Dina Rovner, conseillère juridique de UN Watch, le rapport et ses conclusions – le fait que les majeurs représentants et instances de l’ONU ne condamnent et ne combattent pas l’antisémitisme – ont été largement diffusés.

  1. L’Université Mc Gill a remis le titre de Docteur Honoraire à son Directeur et salué UN Watch comme étant une « voix unique pour la vérité et de la justice »

En juin, l’Université Mc Gill a reconnu UN Watch en tant que « voix unique pour la paix et la justice ». Le Chancelier a remis à Hillel Neuer sa plus haute distinction, un Doctorat en droit, honoris causa, en le félicitant pour son travail pour la justice, la paix et les Droits de l’Homme.  Les militants en faveur des Droits de l’Homme, les dissidents, d’anciens prisonniers politiques du monde entier ainsi que d’autres personnages publics ont tous salué McGill pour avoir reconnu l’excellent travail de Hillel Neuer et de UN Watch. La télévision canadienne a dressé le portrait de Neuer lors d’une interview.

 

 

  1. Défense des victimes de violation des Droits de l’Homme & dénonciation publiques des pires régimes de la planète

En février, UN Watch, avec le soutien de 25 ONG, a organisé son 10e sommet annuel « Geneva Summit for Human Rights »pour attirer l’attention sur les pires dictatures mondiales. L’événement s’est tenu quelques jours avant l’ouverture de la 37esession du Conseil pour les Droits de l’Homme de l’ONU qui rassemble des ministres de tous les pays. Parallèlement, l’événement de UN Watch a offert une plateforme solide pour des victimes des pays suivants : Chine, Cuba, Congo, Iran, Corée du Nord, Pakistan, Russie, Turquie, Venezuela, Vietnam et Zimbabwe.

Le UN Watch Geneva Summit a attiré plus de 700 personnes sur une journée parmi lesquelles des militants des droits de l’Homme, des diplomates, des journalistes et des étudiants. Il a été repris et diffusé à travers le monde notamment par CNN, l’AFP, le Wal Street Journal, Voice of America, Deutsche Welle, Radio France, la Télévision Suisse, la Tribune de Genève ainsi que de nombreux autres médias européens et internationaux.

FuenteUN Watch
Las opiniones expresadas aquí representan el punto de vista particular de nuestros periodistas, columnistas y colaboradores y/o agencias informativas y no representan en modo alguno la opinión de diariojudio.com y sus directivos. Si usted difiere con los conceptos vertidos por el autor, puede expresar su opinión enviando su comentario.

SIN COMENTARIOS

Deja tu Comentario

Artículo anterior¡Libertad, libertad, libertad! (…y libertad)
Artículo siguienteCandela Romero, un secreto a voces
Noticias, Reportajes, Cobertura de Eventos por nuestro staff editorial, así como artículos recibidos por la redacción para ser republicados en este medio.