Diario Judío México - Depuis le début des sept années de crise en Syrie, l’Iran exploite l’instabilité dans le pays pour y consolider sa présence. Sur le plan militaire, il a envoyé des milices chiites en Syrie [1] et y a installé des bases militaires. [2] Sur les autres plans, il a collaboré avec le régime syrien pour modifier la démographie du pays et transformer sa majorité sunnite en chiite, et s’est employé à obtenir le soutien de la population locale, par la prédication et la distribution d’une aide matérielle.

Durant les premières années de la crise, ces efforts se sont focalisés sur la Syrie centrale et occidentale.[3] Après avoir vaincu les forces de l’opposition sur place, le régime et ses alliés se sont tournés vers la Syrie orientale et les régions proches de la frontière irakienne, et en fin 2017, ils ont annoncé avoir reconquis les bastions de l’EI dans ces régions, les villes de Deir Al-Zor et d’Al-Bukamal. La Syrie orientale revête une grande importance stratégique pour l’Iran, du fait qu’elle parachève la continuité territoriale qui s’étend de l’Iran à la Méditerranée. En outre, les forces américaines qui soutiennent les milices kurdes sont concentrées dans cette région, à l’est de l’Euphrate. La présence iranienne là-bas menace ces forces et peut ainsi servir d’élément de négociation vis-à-vis des Etats-Unis. Il convient d’observer qu’au cours des dernières semaines, la Syrie et l’Irak ont discuté de l’ouverture du poste-frontière d’Al-Bukamal, qui permettra la libre circulation des forces iraniennes dans la région.

Toutefois, l’Iran ne se contente pas de la libre circulation à travers la frontière, mais agit en vue de consolider sa présence en Syrie orientale, par les mêmes moyens qu’il a utilisés au centre et à l’est du pays. Selon les médias de l’opposition syrienne et les journaux arabes opposés au régime d’Assad, depuis la fin 2017, l’Iran renforce ses milices chiites dans la région (irakiennes, afghanes et autres) et il y installe des miliciens et leurs familles, et agit pour diffuser le chiisme au sein de la population locale, par la prédication et l’aide sociale, modifiant ainsi la démographie de la région en vue de créer une majorité chiite, au lieu de sunnite.

Le 13 octobre 2018, le centre de recherche Nors, opposé au régime d’Assad, a publié la carte ci-dessus, montrant le déploiement des forces dans la région de Deir Al-Zor à l’époque. Selon la carte, « Assad et les milices de l’Iran » contrôlent la région à l’ouest de l’Euphrate (marquée en rouge), tandis que les milices kurdes contrôlent la zone à l’est du fleuve (en jaune) et que l’EI contrôle une région située entre les deux (en gris).[4]

Lire la suite de l’article en anglais

Notes :

[1] Voir MEMRI en français, L’Iran resserre son emprise sur la Syrie en utilisant les forces syriennes et étrangères, 11 mai 2015.

[2] Voir MEMRI en français, Rapports dans les médias arabes sur les bases iraniennes en Syrie, 15 mai 2018.

[3] Voir MEMRI en français, Sites syriens anti-Assad : Des millions d’Iraniens et des membres du Hezbollah naturalisés syriens pour modifier la démographie du pays et occulter la présence de combattants, 25 novembre 2018.

[4] Norsforstudies.org, 13 octobre 2018


SIN COMENTARIOS

Deja tu Comentario

A fin de garantizar un intercambio de opiniones respetuoso e interesante, DiarioJudio.com se reserva el derecho a eliminar todos aquellos comentarios que puedan ser considerados difamatorios, vejatorios, insultantes, injuriantes o contrarios a las leyes a estas condiciones. Los comentarios no reflejan la opinión de DiarioJudio.com, sino la de los internautas, y son ellos los únicos responsables de las opiniones vertidas. No se admitirán comentarios con contenido racista, sexista, homófobo, discriminatorio por identidad de género o que insulten a las personas por su nacionalidad, sexo, religión, edad o cualquier tipo de discapacidad física o mental.