Jusqu’à présent, l’Autorité palestinienne (AP) n’a pas condamné l’attaque du 16 juin 2017 à la Porte de Damas, durant laquelle la garde-frontière israélienne Hadas Malka a été poignardée à mort et quatre autres Israéliens ont été blessés. Dans leurs articles, les quotidiens de l’AP se sont focalisés sur les mesures prises par Israël contre les Palestiniens après l’attaque et ont dépeint la présence des forces de sécurité israéliennes sur l’esplanade de la mosquée Al-Aqsa comme du terrorisme.