Tout au long de la guerre en Syrie, des sites web opposés au régime d’Assad ont affirmé à plusieurs reprises que ce régime et son allié, l’Iran, profitent de la guerre pour changer la démographie de la Syrie en expulsant les populations sunnites, considérées comme une menace potentielle pour le régime, et en faisant venir des chiites plus susceptibles de le soutenir. 

Selon ces informations, le régime d’Assad et l’Iran ont recours à diverses méthodes – menaces, siège et privation de nourriture – pour contraindre les sunnites à émigrer, saisir leurs biens et les remplacer par des éléments fidèles au régime, y compris des non-Syriens [1]. Le président Assad a exposé cette politique dans un discours de juillet 2015 en ces termes : « La patrie n’appartient ni à ceux qui y vivent, ni à ceux qui détiennent un passeport ou sont citoyens. La patrie appartient à ceux qui la protègent et la gardent. » [2]  

Ces derniers mois, plusieurs sites web ont annoncé que le régime naturalise des milliers, voire des millions, de chiites, membres de milices iraniennes ou soutenues par l’Iran, qui combattent aux côtés de l’armée syrienne. Le 17 novembre 2018, par exemple, le site web saoudien elaph.com et le site de l’opposition syrienne nedaa-sy.com ont mis en ligne ce qu’ils ont présenté comme une lettre du chef des renseignements généraux syriens au ministre syrien de l’Intérieur. La lettre contenait une liste, fournie par le « bureau spécial » du cabinet du président syrien, d’Iraniens qui auraient reçu la citoyenneté syrienne. Selon Elaph, cette lettre n’est que l’un des milliers de documents en sa possession indiquant « une action systématique du régime pour installer des Iraniens dans toute la Syrie ».  

Cette information s’ajoute aux nombreuses autres publiées dans le passé, soutenant que le régime syrien a accordé la citoyenneté à quelque deux millions d’Iraniens, y compris des membres du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI). D’autres informations indiquent que le régime accorde également la citoyenneté à des membres du Hezbollah déployés au sud de la Syrie, le long de la frontière avec Israël. Il pourrait s’agir d’une tentative de dissimulation de la présence du Hezbollah dans la région, qui contrevient aux accords conclus entre Israël et la Russie.

Le cabinet de la présidence présente au ministre de l’Intérieur une liste d’Iraniens en voie de naturalisation

Comme indiqué, le 17 novembre le site elaph.com a mis en ligne un document signé par le chef des Renseignements généraux syriens, et adressé au ministre de l’Intérieur syrien. Jointe au document, se trouvait une lettre du cabinet de la présidence syrienne, énumérant plusieurs ressortissants iraniens et donnant pour instruction au ministre de les ajouter dans les registres d’état civil syriens de quatre gouvernorats – Damas, Rif Dimashq, Alep ou Deir Al-Zor – et d’informer les Renseignements généraux des numéros d’identité émis pour eux, classés par gouvernorat. Le document, portant le numéro 59954/s.r.sh, stipulait : « Vous trouverez ci-joint une lettre, n° 5170, de la Présidence de la République – Bureau spécial, instruisant d’ajouter les noms ci-dessous au registre d’état civil et de nous informer des numéros et détails d’identité, énumérés par les gouvernorats – Damas, Rif Dimashq, Alep et Deir Al-Zor. »

Un tableau suivait :

Nom Prénom Nom du père Nom et prénom de la mère Lieu et date de naissance Religion et ethnie Sexe Statut marital Date d’immatriculation Observations
Rahman Rasoul Maytham Jumana Téhéran

21 janvier 1960

Islam masculin Marié
Reza Shikhan Moussa Azita Persepolis 27 février 1980 Islam masculin Marié
Ali Sharir Javad Zahra Qom

30 janvier 1987

Islam masculin Marié
Kabir Zada Ali Salam Isfahan

9 décembre 1979

Islam masculin Marié
Mahmoud Rajavi Javad Raqia Kish

3 avril 1988

Islam masculin Célibataire
Karrar Najadi Ahmadi Afsoun Tabriz

25 janvier 1990

Islam masculin Célibataire
Sheikho Sabbar Ali Suzan Baveh

September 1, 1990

Islam masculin Célibataire
Rafiq Dara Hossein Batoul Tabriz Islam masculin Marié
Jaafar Sheikhan Haider Sakina Téhéran

6 février 1980

Islam masculin Marié
Mojtaba Sarour Sadeq Khadija Mashhad

7 janvier 1990

Islam masculin Marié
Ali Sader Zada Maryam Shiraz

9 février 1991

Islam masculin Marié
Le document figurant sur le site.

Selon le site web  : « Ces documents officiels indiquent que le régime syrien a pour politique systématique d’installer des Iraniens dans différentes parties de la Syrie, afin de modifier la démographie [de ces régions] en accordant la citoyenneté à des Iraniens chiites et en les installant dans des régions sunnites, dont les habitants d’origine ont été chassés… Le document présenté [ici] n’est pas le seul. Des centaines de milliers [de chiites] ont reçu la citoyenneté [syrienne] et se sont installés dans différents secteurs. La plupart sont des membres du CGRI iranien… Ces Iraniens ont d’abord obtenu la citoyenneté syrienne, en préparation de la venue de leurs familles et de leur installation dans les régions où ils ont été affectés. » [3]

Le document a également été publié, le même jour, sur le site d’opposition syrien nedaa-sy.com, selon lequel les Iraniens énumérés dans le document étaient des commandants du CGRI stationnés en Syrie.[4]

Un site d’opposition syrien : 200 000 chiites et Iraniens ont reçu des passeports syriens sur ordre du palais présidentiel

Comme indiqué, ce rapport confirme d’autres informations des mois derniers, selon lesquelles le régime syrien accorde le statut de citoyen à des Iraniens et à d’autres membres des milices chiites soutenues par l’Iran qui combattent aux côtés des forces syriennes. Le 2 avril 2018, le site d’opposition syrien zamanalwsl.net a rapporté que « le Département des passeports et de l’immigration à Damas a récemment délivré 200 000 passeports à des Iraniens » sur ordre des appareils de sécurité syriens, des officiers du palais présidentiel et des associés du frère du président, Maher Al-Assad. Le rapport ajoutait que cela faisait partie d’un plan de naturalisation de miliciens iraniens, afghans et pakistanais chiites combattant en Syrie, et que la décision visait à accorder aux milices étrangères un statut juridique, permettant d’optimiser leur efficacité dans l’avenir.[5]

Un quotidien libanais : Deux millions de chiites, y compris des combattants du Hezbollah, ont reçu des cartes d’identité syriennes

Le 30 mai 2018, le quotidien libanais Al-Nahar a publié un article du journaliste Ahmad Ayyash qui affirmait, citant des sources diplomatiques, que le président syrien « a délivré des cartes d’identité [syriennes] à quelque deux millions d’Iraniens et de membres de milices appartenant à la Force Qods du CGRI iranien, à leurs familles, ainsi qu’à des combattants du Hezbollah. Le [régime] ne se contente pas de leur délivrer des cartes d’identité syriennes, mais les aide à s’installer des parties de la Ghouta à Damas et dans les régions rurales de Damas, Hama, Homs et Alep, qui ont été vidées de leurs habitants d’origine ». Selon cet article, cela s’inscrit dans la convergence d’intérêts entre le régime, l’Iran et les milices qui lui sont subordonnées. Et d’ajouter que « de nombreux membres du régime iranien ont obtenu des cartes d’identité syriennes afin d’échapper aux sanctions américaines ».[6]

Information : Naturalisation d’agents du Hezbollah au sud de la Syrie, près de la frontière avec Israël

Une autre information concernant la naturalisation de membres du Hezbollah est parue le 14 octobre 2018 sur le site d’opposition syrien smartnews-agency.com. Selon elle, les agents du Hezbollah dans le gouvernorat de Dara, au sud de la Syrie, près de la frontière israélienne, ont reçu des cartes d’identité syriennes. D’après le site, ces agents se rendent  aux bureaux de l’état civil de Dara et demandent la délivrance de cartes d’identité. Si l’officier d’état civil local refuse, un officier du régime arrive et lui ordonne d’obtempérer.[7]

Dans ce contexte, il convient d’observer que la présence du Hezbollah dans cette région est contraire aux accords conclus entre Israël et la Russie cette année, selon lesquels les forces iraniennes et chiites doivent se retirer du sud de la Syrie. La délivrance de cartes d’identité à ces combattants pourrait leur permettre de rester dans la région, apparemment sans violer ces accords.

Lien vers le rapport en anglais

Notes :

[1] Sur les efforts du régime et de l’Iran pour changer la démographie de la Syrie, voir MEMRI en français, Avec ses alliés, le régime syrien impose un changement démographique dans plusieurs régions du pays pour se protéger et se maintenir au pouvoir, 17 novembre 2016 ; Un journaliste libanais : le Hezbollah s’installe en Syrie dans le cadre d’un plan iranien visant à modifier sa démographie, 6 mai 2018.

[2] Al-Watan (Syrie), 26 juillet 2015.

[3] Elaph.com, 17 novembre 2018.

[4] Nedaa-sy.com, 17 novembre 2018.

[5] Zamanalwsl.net, 2 avril 2018.

[6] Al-Nahar (Lebanon), 30 mai 2018.

[7] Smartnews-agency.com, 14 octobre 2018.

SIN COMENTARIOS

Deja tu Comentario

A excepción de tu nombre y tu correo electrónico tus datos personales no serán visibles y son opcionales, pero nos ayudan a conocer mejor a nuestro público lector

A fin de garantizar un intercambio de opiniones respetuoso e interesante, DiarioJudio.com se reserva el derecho a eliminar todos aquellos comentarios que puedan ser considerados difamatorios, vejatorios, insultantes, injuriantes o contrarios a las leyes a estas condiciones. Los comentarios no reflejan la opinión de DiarioJudio.com, sino la de los internautas, y son ellos los únicos responsables de las opiniones vertidas. No se admitirán comentarios con contenido racista, sexista, homófobo, discriminatorio por identidad de género o que insulten a las personas por su nacionalidad, sexo, religión, edad o cualquier tipo de discapacidad física o mental.
Artículo anteriorLo supuestamente oculto del nazismo
Artículo siguienteJawad Nasrallah, fils du chef du Hezbollah, désigné terroriste par le Département d’Etat américain – MEMRI TV avait exposé son discours