Diario Judío México - Par O. Peri et H. Varulkar*

Au cours des derniers jours, des pages Facebook identifiées comme appartenant au régime syrien ont fait état de nouvelles nominations dans les échelons supérieurs de la Sécurité et du Renseignement syriens. Parmi les individus remplacés figurent les chefs des renseignements généraux, de la sécurité politique, de la sécurité criminelle et du renseignement de l’armée de l’air. Selon des rapports, le directeur du Bureau de la Sécurité nationale, Ali Mamlouk, connu comme étant proche du président syrien Bachar Al-Assad, a été remplacé et nommé vice-président.

Si les informations postées sur Facebook relatives aux nouvelles nominations, ultérieurement reprises par la presse arabe d’autres pays, n’ont pas été confirmées par le régime syrien ou par la presse gouvernementale syrienne, elles n’ont pas non plus été démenties. Seuls les rapports sur la vice-présidence de Mamlouk ont été démentis par des associés du régime.

Ci-dessous un examen des informations relatives aux nouvelles nominations dans les échelons supérieurs de l’appareil sécuritaire syrien et l’interprétation qui en a été donnée dans les médias arabes.

Pages Facebook identifiées au régime d’Assad : de nouvelles désignations dans les échelons supérieurs de la Sécurité ; Mamlouk nommé vice-président

Comme indiqué, le 7 juillet 2019, des pages Facebook en faveur du régime d’Assad ont fait état d’une série de désignations au sein des appareils de renseignement et de sécurité syriens. Parmi elles figuraient une page appartenant à Bahjat Suleiman, ancien ambassadeur de Syrie en Jordanie ainsi que « Homs News Network » et « Tartous News Network ». Selon ces informations, les changements de personnel incluaient les désignations suivantes :

  • Gén. Nasser Ali comme chef de la Sécurité d’Etat syrienne
  • Gén. Hussam Luka comme chef de la Sûreté générale
  • Gén. Nasser Dib comme chef de la sécurité criminelle
  • Gén. Ghassan Jaoudat Ismaïl comme chef de la sécurité de l’armée de l’air. [1]

En outre, le 8 juillet, plusieurs pages Facebook ont fait état de deux désignations notables : le Gén. Mohammed Dib Zaytoun, ancien chef de la Sûreté générale, a remplacé Ali Mamlouk au poste de directeur du Bureau de la Sécurité nationale. Ali Mamlouk aurait été nommé vice-président. [2]

Toutefois, cette information sur la désignation de Mamlouk comme vice-président a été démentie par des proches du régime, parmi lesquels l’ancien ambassadeur syrien, Bahjat Suleiman, et par la page Facebook d’Al-Watan, quotidien affilié au régime. [3]

Le 11 juillet, plusieurs jours après ces changements de personnel, le quotidien basé à Londres Al-Sharq Al-Awsat a rapporté que dans ce cadre, un nouvel organe de sécurité, la Branche 801, a été créé pour protéger les installations publiques. La Branche 801, selon cette information, serait subordonnée aux Renseignements généraux, et aurait été créée conformément à une recommandation russe. Elle est chargée de protéger les bâtiments et installations du gouvernement, y compris des sites importants tels que les ambassades et les missions diplomatiques, les banques et le bâtiment abritant l’autorité de la radio et de la télévision. Ces responsabilités ont été désormais regroupées sous la Branche 801, au lieu d’être réparties entre plusieurs appareils de sécurité, comme c’était auparavant le cas. [4]

Les nouvelles nominations ont été faites sous pression russe

Si ces rapports sont exacts, les changements de personnel ne se sont pas produits hors contexte : ils s’ajoutent à une série de rapports parus ces derniers mois, sur des sites Internet de l’opposition syrienne et dans la presse arabe, relatifs à de nouvelles nominations au sein des échelons supérieurs de l’armée syrienne, dont la désignation d’un nouveau chef d’état-major.

Selon des rapports publiés au cours des derniers mois, les changements de personnel effectués durant cette période traduisent une lutte de pouvoir entre la Russie et l’Iran pour le contrôle des centres de pouvoir syriens, et notamment des appareils militaires et sécuritaires. Chaque pays s’emploie à les contrôler, et fait pression sur le régime syrien pour désigner des personnes qui lui soient loyales. Cette lutte pourrait expliquer pourquoi les récentes informations sur les changements de personnel dans les rangs de l’armée et des appareils de sécurité n’ont pas été couvertes par les médias publics syriens.

Les rapports affirment que la Russie a accru son influence sur les forces de sécurité syriennes, et s’assure que ses affiliés soient nommés à des fonctions au sein des appareils de renseignement et de sécurité. Ainsi, il a été rapporté qu’au début avril 2019, des changements de personnel au sein des échelons supérieurs de l’appareil sécuritaire syrien, y compris la désignation de Salim Harba comme chef d’état-major, ont été entrepris suite à des  pressions russes visant à affaiblir le frère du président Assad, Maher Al-Assad – considéré comme proche de l’Iran – et ses associés, et de les remplacer par des hommes loyaux envers la Russie. [5]

En outre, le 21 mai, Al-Modon a rapporté que la Russie a ordonné que Ghassan Bilal, directeur du cabinet de Maher Al-Assad, soit placé en résidence surveillée. Ghassan est considéré comme proche de l’Iran. Cette décision, selon le journal, visait à empêcher qu’il soit nommé chef des renseignements militaires syriens conformément à la recommandation des Iraniens. [6] Le 19 juin également, de nouvelles désignations au sein des forces spéciales syriennes et de la Garde républicaine syrienne ont été rapportées. Ces deux organes sont considérés comme étant loyaux au président Assad. Al-Modon a souligné que ces nominations avaient également été ordonnées par la Russie. [7]

L’Iran, quant à lui, est intervenu dans la désignation de l’ancien chef des renseignements militaires, Mohammed Mahla, au poste de conseiller pour la sécurité du président Assad, pour tenter de préserver son influence au sein du palais présidentiel. Kifah Melhem, le remplaçant de Mahla au poste de chef des renseignements militaires, est également considéré comme proche de l’Iran. [8]

L’influence de la Russie se manifeste également dans la série actuelle de désignations. Selon Al-Modon, même si les nouveaux chefs des renseignements, le Gén. Nasser Ali, Hussam Luka et Ghassan Ismaïl, sont favorables à la présence iranienne en Syrie et coordonnent leurs actions avec les officiers du CGRI et avec la direction du Hezbollah, ils comprennent que la Russie peut les expulser ou même les faire tuer s’ils ne suivent pas ses instructions, et qu’ils doivent s’abstenir de toute coordination avec les Iraniens.[9] De même, selon le journal, le remplaçant d’Ali Mamlouk au Bureau de la Sécurité nationale, le Gén. Mohammed Dib Zaytoun, considéré comme un ami personnel d’Assad, a obtenu son nouveau poste en récompense des Russes pour sa contribution au renforcement de leurs relations avec les renseignements généraux syriens, qu’il a dirigés jusque-là. [10]

Orient News, site Web d’opposition syrien, a cité des experts estimant eux aussi que les changements de personnel avaient probablement été exécutés sur les instructions de la Russie. Ceci, affirment-ils, est dû au désir de la Russie de contrôler les appareils de renseignement et de sécurité syriens, et de les démarquer des officiers syriens accusés de crimes de guerre. De même, cela permet à la Russie de promouvoir des objectifs politiques dans la crise syrienne et d’améliorer l’image du régime d’Assad dans l’arène internationale. [11]

Selon Al-Sharq Al-Awsat, la décision récente de créer la Branche 801 et de la charger de protéger les installations publiques a été prise sur la recommandation de la Russie, et vise à limiter la puissance iranienne et à l’empêcher de prendre le contrôle d’institutions gouvernementales importantes. [12] En outre, Orient News rapporte que l’objectif de la Syrie en créant la Branche 801 était d’empêcher un coup d’Etat militaire d’officiers syriens loyaux à l’Iran contre le régime, en raison de leur désapprobation de ce qu’ils considèrent comme le contrôle russe du processus décisionnaire syrien. [13]

(…)

Lire le rapport intégral en anglais

*O. Peri est chargé de recherche à MEMRI ; H. Varulkar est directrice de recherche à MEMRI

Notes :

[1] Facebook.com/tartous19, Facebook.com/HomsNetowrkLive, Facebook.com/General.Dr.Bahjat.Suleiman, 7 juillet 2019.

[2] Facebook.com/Sawa.masyaf, 8 juillet 2019; Facebook.com/531630663682585, 8 juillet 2019; Facebook.com/ALI0MAHFOOD, 8 juillet 2019. Il convient d’observer qu’en avril, le quotidien libanais Al-Modon avait déjà évoqué la possibilité que Mamlouk soit désigné vice-président. Almodon.com (qui est uniquement une publication en ligne), 5 avril 2019.

[3] Facebook.com/General.Dr.Bahjat.Suleiman, Twitter.com/Rahmon83 ; Facebook.com/alwatan.sy, 8 juillet 2019.

[4] Al-Sharq Al-Awsat (Londres), 11 juillet 2019.

[5] Al-Sharq Al-Awsat (Londres), 7 juin 2019 ; Zamanalwsl.net, 17 avril 2019 ; Almodon.com, 5 avril 2019 ; Orient-news.net, 8 avril 2019.

[6] Almodon.com, 21 mai 2019.

[7] Zamanalwsl.net, Almodon.com, 19 juin 2019.

[8] Almodon.com, 5 avril 2019.

[9] Almodon.com, 8 juillet 2019.

[10] Almodon.com, 8 juillet 2019.

[11] Orient-news.net, 11 juillet 2019.

[12] Al-Sharq Al-Awsat (Londres), 11 juillet 2019.

[13] Orient-news.net, 11 juillet 2019.

 

Las opiniones expresadas aquí representan el punto de vista particular de nuestros periodistas, columnistas y colaboradores y/o agencias informativas y no representan en modo alguno la opinión de diariojudio.com y sus directivos. Si usted difiere con los conceptos vertidos por el autor, puede expresar su opinión enviando su comentario.

SIN COMENTARIOS

Deja tu Comentario

Artículo anteriorConfiscado un arsenal de guerra en una redada a un grupo neonazi en Italia
Artículo siguienteLa macabeada es también apoyarnos entre hermanos