Diario Judío México - Suite à l’affaire de Rahaf Al-Qanun, l’adolescente ayant fui sa famille en Arabie saoudite pour demander l’asile en Occident, la plupart des réactions étaient d’évoquer une « affaire familiale », sortie de toutes proportions par des « forces anti-saoudiennes » anxieuses de ternir l’image du pays. Le fait qu’Al-Qanun ait reçu l’asile au Canada, dont les critiques contre la situation des droits de l’homme en Arabie saoudite ont suscité des tensions entre les deux pays il y a quelques mois, a ajouté à la colère des Saoudiens.[1]

Mufleh Al-Qahtani, président de la Société nationale pour les droits de l’homme saoudienne, financée par l’Etat, a accusé sans les nommer des pays et des organisations internationales « d’agir à partir de motivations politiques plutôt qu’humanitaires » et d’encourager les jeunes filles à se rebeller contre leurs familles. Faisant allusion au Canada et à l’Agence des Nations unies pour les réfugiés, qui ont offert leur aide à Al-Qanun, il a affirmé que ces pays et organisations « utilisent leurs représentants pour inciter les délinquantes et les adolescentes saoudiennes à s’éloigner des valeurs familiales et des traditions qui garantissent une vie digne et une protection constante ». Ceci, a-t-il ajouté, risque de « conduire [les filles] à la perdition, voire à tomber entre les mains de trafiquants d’humains ».[2]

Selon un article paru dans le quotidien Okaz, le Canada « tient à politiser la question des droits de l’homme, à un moment où la crise entre Ottawa et Riyad se poursuit ». Un autre article d’Okaz mettait en cause le professionnalisme de l’ONU, qui selon lui s’occupe d’« affaires intérieures » et de « trivialités », au lieu d’aider les « véritables réfugiés » dans le monde. [3]

Des auteurs saoudiens ont également affirmé dans leurs articles que l’affaire Rahaf était une affaire familiale, nullement liée au statut des femmes en Arabie saoudite. Selon eux, le phénomène des fugues des adolescents est universel, et le cas de Rahaf a fait les gros titres uniquement parce que les médias internationaux et les ennemis du royaume ont souhaité l’exploiter pour inciter à la haine contre lui. D’autres articles ont souligné que le statut des Saoudiennes a récemment connu une amélioration significative. Quelques articles ont critiqué la manière dont les autorités saoudiennes ont géré l’affaire. [4]

L’éditorial d’Azza Al-Subaie dans le quotidien Al-Watan constitue une exception frappante. Sous le titre « Je ne suis pas Rahaf [mais] je ne vais pas bien », elle a déploré le statut des femmes en Arabie saoudite, affirmant que toute Saoudienne pouvait compatir avec ses sœurs ayant trouvé asile en Occident. Les femmes du royaume ne sont pas heureuses, écrit-elle, et celles qui ne fuient pas le pays cherchent un refuge pour fuir la réalité. Elle a également fustigé les Saoudiennes « opportunistes », faisant apparemment allusion à certaines journalistes et responsables qui ont écarté des cas du type de Rahaf, soutenant qu’ils font partie d’une « conspiration anti-saoudienne ». Il convient de noter que cet article a été retiré du site web du journal, apparemment en raison des vives critiques qu’il exprime.

Lire la suite du rapport en anglais

Notes :
[1] Voir MEMRI en français, Arabie saoudite : Des commentateurs attaquent le bilan du Canada en matière de droits de l’Homme : si tu vis dans une maison de verre, ô Canada, ne jette pas de pierres, 8 août 2018 ; Special Dispatch No. 7613, Against Backdrop Of Saudi-Canadian Tension, Saudi Twitter Account Tweets Hint Of Possible 9/11-Style Attack In Canada; Saudi Authorities Order Account Shut Down, 7 août 2018.

[2] Okaz (Arabie saoudite), 14 janvier 2019.

[3] Okaz (Arabie saoudite), 14 janvier 2019.

[4] Voir Okaz (Arabie saoudite), 10 janvier 11, 12, 13, 2019 ; Al-Jazirah (Arabie saoudite), 12 janvier 13, 2019; Al-Madina (Arabie saoudite), 13 janvier 2019 ; Al-Riyadh (Arabie saoudite), 12 janvier 2019 ; Al-Watan (Arabie saoudite), 14 janvier 2019, Al-Hayat (Dubaï), 13 janvier 2019.