Taslima Nasreen : Le Coran prescrit l’inégalité

Por:
- - Visto 250 veces

Dans un entretien mis en ligne en juin 2016 sur le blog du Palestinien athée militant Waleed Husseini, Taslima Nasreen dénonce l’injonction islamique de tuer les apostats, ainsi que l’assujettissement des femmes appuyé par les principes islamiques. Taslima Nasreen, d’origine bangladaise, a reçu le Prix Sakharov de la liberté de penser en 1994, décerné par le Parlement européen, et le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes en 2008. Elle fait l’objet d’une fatwa émise contre elle au Bengladech pour critique de l’islam. Extraits de l’interview :

« Lorsque j’ai tenté de critiquer l’islam au nom des femmes et de la justice, les fondamentalistes sont devenus fous »

Taslima Nasreen : Partout dans le monde, les femmes sont opprimées par les religions, les coutumes, les traditions. Mais là où elles souffrent le plus de nos jours, c’est dans les pays islamiques. L’Occident a instauré la laïcité, la séparation des Eglises et de l’Etat, alors que dans la plupart des pays musulmans les femmes sont toujours sous le joug de sept cents ans de charia. Des millions de femmes endurent de terribles souffrances.


Elles sont enfermées, brûlées, lapidées à mort… Venant d’une famille musulmane, je me sens la responsabilité de dénoncer l’islam, car les femmes qui y sont soumises n’ont ni les droits ni la liberté qu’elles devraient avoir. (…) J’ai vécu dans une société dominée par les hommes. (…) Je vivais dans une société musulmane, dans une famille musulmane, et j’avais l’habitude de voir les femmes enveloppées dans leur burqa de la tête aux pieds, se faire battre par leur mari, qui pouvait être polygame ou qui divorçait quand il le voulait. Je pensais alors que, peut-être, ces hommes agissaient mal, que sûrement l’islam ne permettait pas de telles choses. (…)

A 14 ans, je suis tombée sur un Coran traduit en bengali, et j’ai comparé plus de 12 traductions bengalies différentes… A ma grande surprise, j’ai compris que c’était bien Allah qui déclarait les femmes inférieures, qui prônait la polygamie, le divorce uniquement pour les hommes, le droit de battre leurs épouses, l’interdiction faite aux femmes de porter témoignage en justice, l’inégalité en matière d’héritage, le port du voile… (…)

Lorsque j’ai tenté de critiquer l’islam au nom des femmes et de la justice, les fondamentalistes sont devenus fous ; ils n’ont pas accepté de débattre, ils n’ont pas argumenté, ils ont seulement voulu me faire taire et me tuer. Ils ont décrété une fatwa que le gouvernement a cautionnée au lieu de les sanctionner. Ce n’était pas illégal, puisque le Coran dit que l’incroyant doit être tué : Allah le permet. Pour sauver ma vie, j’ai été forcée de me cacher et de quitter mon pays, sachant que beaucoup de gens me soutenaient mais ne pouvaient le dire publiquement.

« C’est bien l’islam, le vrai islam, l’authentique islam, qui prescrit de tuer les apostats et les incroyants »

Beaucoup de musulmans modernes disent que les fondamentalistes ont tort, que ces derniers ne représentent pas le vrai islam, et que celui-ci n’a jamais prescrit d’assassiner les incroyants. C’est faux ! C’est bien l’islam, le vrai islam, l’authentique islam, qui prescrit de tuer les apostats et les incroyants. Cela est explicite dans le Coran. (…)

Si les fondamentalistes ont voulu me tuer, c’est parce qu’ils veulent vraiment appliquer le vrai islam. Ils sont l’islam authentique. Les musulmans qui souhaiteraient voir les femmes libérées sont en contradiction avec leur doctrine : Allah ne les aurait pas acceptés. Le Coran le dit clairement, et ce sont les paroles d’Allah lui-même : «Les hommes ont autorité sur les femmes du fait que Dieu a préféré certains d’entre vous à certains autres, et du fait que les hommes font dépense, sur leurs biens, en faveur de leurs femmes. Les femmes vertueuses sont obéissantes… celles dont vous craignez l’indocilité, avertissez-les ! Reléguez-les dans les lieux où elles couchent ! Frappez-les… (4.34).» (…)

Nasreen : Les femmes sont mises au niveau des excréments

Le Coran dit textuellement : «Ô vous qui croyez, si vous êtes malade ou en voyage, si vous avez été en contact avec vos excréments ou que vous ayez touché une femme et que vous n’ayez pas d’eau, recourez à du sable [avant de prier] (4.43).» Il dit aussi : « Vos femmes sont un champ de labour pour vous. Venez-y comme vous voulez. » Donc, quand les hommes veulent et comme ils veulent. Que la femme veuille ou non, la question n’est jamais posée. Les hadith précisent que deux catégories de prières n’atteignent jamais les cieux : celles de l’esclave en fuite et celles de la femme qui se refuse la nuit à son mari (…)

Ce qui compte pour moi, c’est l’être humain, et non le texte. L’islam n’est pas une personne avec un coeur et des sentiments. Ce n’est qu’une création humaine qui date de très longtemps. Je pense réellement que l’islam est une torture contre les femmes, une torture que nous devons combattre. Mon stylo est ma seule arme. Je ne me trouve pas spécialement radicale. Je dis seulement la vérité. Tout est écrit dans le Coran. C’est moi qui ai été choquée quand je l’ai lu pour la première fois (…)

C’est parce que le texte existe qu’ils peuvent s’en servir. Si ce texte n’était pas considéré comme provenant d’Allah, intangible pour tous les temps passés et à venir, alors le Coran ne serait pas important. En réalité, les fondamentalistes peuvent justifier leurs crimes du seul fait que ce texte est considéré comme saint.

Nasreen : Aujourd’hui, il existe un conflit « entre sécularisation et fondamentalisme, entre pensée logique et pensée irrationnelle »

(…) maintenant nous connaissons la modernité et les droits de l’homme. J’ajoute que, pour moi, il n’y a pas de conflit entre l’Islam et l’Occident, entre la chrétienté et l’islam ; il existe plutôt un conflit entre sécularisation et fondamentalisme, entre pensée logique et pensée irrationnelle, entre innovation et tradition, passé et présent, modernité et anti-modernité, entre ceux qui valorisent la liberté et ceux qui ne la recherchent pas.

Je défends les musulmans partout où ils sont opprimés, en Inde ou ailleurs quand ils sont en minorité. Je suis contre la violence. La violence n’est jamais une solution. Je sais que la plupart croient en l’islam d’abord par ignorance et parce que les politiciens se servent de la religion pour les maintenir dans l’ignorance. Ce dont nous avons besoin, c’est d’une éducation éclairée. Il y a des siècles, des hommes ont créé l’islam. Le Coran peut être considéré comme un document historique. Je n’ai jamais dit qu’il fallait le détruire, pas plus qu’il ne faut détruire les hadith ! On doit le prendre comme un élément de notre histoire passée, mais ne pas chercher à l’appliquer de nos jours.

Nasreen : « Dans certains pays musulmans, il arrive que des femmes aient plus de liberté sexuelle, mais ce n’est pas grâce à l’islam »

Au Bangladesh, avant 1962, un homme qui voulait divorcer devait simplement prononcer trois fois le mot «divorce» pour l’obtenir. Depuis la réforme de la loi islamique, il lui suffit d’écrire une simple lettre à l’autorité locale, et le divorce est prononcé. Où est la différence ? Autre exemple : si un homme veut se marier une seconde fois, il doit demander la permission à sa première femme. En réalité, comme celle-ci continue à dépendre économiquement de son mari, elle n’a pas d’autre choix que d’accepter… De même, lapider une femme n’est plus légal au Bangladesh. Pourtant, cela arrive quotidiennement dans les villages, et les autorités laissent faire : les fondamentalistes répondent simplement qu’ils ne font que suivre la loi d’Allah. Pour moi, ces réformes n’ont aucun sens. Je veux une révolution.

Dans certains pays musulmans, il arrive que des femmes aient plus de liberté sexuelle, mais ce n’est pas grâce à l’islam. Si elles ont plus de liberté, c’est parce qu’elles l’ont prise ! Aucune société ne la leur a accordée. Il reste que la majorité des femmes musulmanes a toujours peur et ne peut rejeter le système si facilement.

Je voudrais faire comprendre aux musulmanes qu’elles doivent lire le Coran avec un esprit clairvoyant pour y chercher une quelconque justice. Si elles ne la trouvent pas dans le texte (et elles ne la trouveront pas), elles devront cesser de suivre ces règles et commencer à se battre. (…)

Je veux simplement les encourager, leur dire que, si nous voulons être plus civilisés, nous ne pouvons plus suivre ces livres qui prescrivent l’inégalité. Je veux leur faire prendre conscience que, si elles n’entament pas leur propre libération, alors leurs filles souffriront, elles aussi. Peut-être que les femmes d’aujourd’hui ne verront pas l’avènement d’une société laïque de leur vivant, mais il est de leur devoir de la préparer pour les futures générations.

A celles qui ne se battent pas pour faire cesser l’oppression de ce système patriarcal et religieux, je dis : honte à vous ! Honte à vous de ne pas protester, honte à vous de conforter un tel système ! (…)

Lire l’interview intégrale sur le blog de Waleed Husseini 

Acerca de MEMRI

El Instituto de Investigación de Medios de Información en Medio Oriente (MEMRI) explora el Medio Oriente a través de los medios informativos de la región.

Deja tu Comentario

A fin de garantizar un intercambio de opiniones respetuoso e interesante, DiarioJudio.com se reserva el derecho a eliminar todos aquellos comentarios que puedan ser considerados difamatorios, vejatorios, insultantes, injuriantes o contrarios a las leyes a estas condiciones. Los comentarios no reflejan la opinión de DiarioJudio.com, sino la de los internautas, y son ellos los únicos responsables de las opiniones vertidas. No se admitirán comentarios con contenido racista, sexista, homófobo, discriminatorio por identidad de género o que insulten a las personas por su nacionalidad, sexo, religión, edad o cualquier tipo de discapacidad física o mental.


El tamaño máximo de subida de archivos: 300 MB. Puedes subir: imagen, audio, vídeo, documento, hoja de cálculo, interactivo, texto, archivo, código, otra. Los enlaces a YouTube, Facebook, Twitter y otros servicios insertados en el texto del comentario se incrustarán automáticamente. Suelta el archivo aquí

Artículos Relacionados: