Diario Judío México - Le 2 mai 2016, le centre médiatique de l’État islamique Al-Hayat a sorti le 4ème numéro de son magazine en ligne russe Istok [la source]. L’un des articles, intitulé « Elvira Karaeva, agent des services spéciaux russes », se focalise sur une femme que l’EI dans le Caucase a accusée d’être un agent des services de renseignement russes, qui aurait infiltré ses rangs et causé la mort de nombreux membres de l’organisation.

Selon l’article, Karaeva a travaillé pour les renseignements russes pendant quatre ans, période au cours de laquelle elle leur a transmis des informations précieuses sur les groupes djihadistes dans le Caucase, dont des noms de lieux et des photos de membres. L’article souligne que Karaeva a été interrogée à plusieurs reprises par les « autorités d’investigation » de l’EI, et a réussi à les convaincre de son innocence, jusqu’à ce qu’elles utilisent une « manœuvre d’investigation rusée » qui l’a poussée à avouer ses crimes. Elle a finalement été exécutée par un membre de l’EI.

Notons que, bien que l’article ne le mentionne pas, la présence officielle de l’EI dans le Caucase date seulement de juin 2015, et est apparue suite à une scission dans les rangs de l’Emirat du Caucase. Une partie conséquente de l’article évoque la condamnation de Karaeva pour avoir « trahi sa religion et ses coreligionnaires ».

Ceci est un extrait de document JTTM (Jihad and Terrorist Threat Monitor) réservé aux services abonnés. Pour plus d’informations, contacter [email protected].