Un chercheur de MEMRI dans un quotidien hindi : La Direction pour le Renseignement inter-services pakistanaise (ISI) est une organisation terroriste

Por:
- - Visto 77 veces

Le directeur du Projet des études sur l’Asie du Sud de MEMRI, Tufail Ahmad, aborde dans un article le rôle de la Direction pour le Renseignement inter-services pakistanaise (ISI) dans la création et la protection des groupes terroristes djihadistes. L’article – intitulé en hindi « ISI – Une organisation terroriste » – a été publié par Dainik Jagran, le plus important journal en hindi d’Inde, le 27 avril 2016. Extraits :
Il existe suffisamment de preuves nous obligeant à admettre les faits : la Direction pour le Renseignement inter-services des forces armées pakistanaises, connue sous l’acronyme ISI, est une organisation terroriste. Alors que les populations indiennes et pakistanaises sont au courant du rôle de l’ISI dans la création, le développement, la protection et l’utilisation de groupes terroristes, les Etats-Unis et l’Europe n’ont pas pris la mesure du rôle de l’ISI.

Tout d’abord, le 14 avril, un télégramme américain déclassifié nous apprenait que l’ISI avait financé l’attentat suicide de 2009 contre la base de la CIA de Khost, à l’est de l’Afghanistan. Selon ce télégramme datant de 2010, « certains fonds alloués aux attaques du réseau Haqqani sont toujours fournis par la Direction pour le Renseignement inter-services, notamment 200 000 dollars pour l’attaque du 30 décembre 2009 contre l’installation de la CIA [à Khost]. » Il s’agissait de l’attaque la plus meurtrière jamais perpétrée contre la CIA. Le réseau Haqqani est une unité clé des talibans afghans, financés et aidés par l’ISI. Le 22 septembre 2011, l’amiral Mike Mullen, qui dirige les états-majors conjoints américains, a déclaré devant le Sénat américain : « Haqqani est l’arme véritable de l’ISI pakistanais. »

Lorsque ce télégramme a été déclassifié, le journaliste basé à Washington Chidanand Rajghatta a écrit : « La série de télégrammes détaillant le rôle de l’ISI dans l’organisation de l’attaque suggère que l’administration américaine a menti à l’opinion américaine en affirmant que le Pakistan serait un allié de première ligne dans la guerre contre le terrorisme.  »


Deuxièmement, en 2007, les enquêteurs militaires américains de Guantanamo ont classé l’ISI groupe terroriste dans des documents secrets. Le 25 avril 2011, WikiLeaks a révélé ces documents secrets, en vertu desquels les représentants officiels américains avaient désigné l’ISI comme l’une des 32 « forces ou organisations militantes » avec lesquelles Al-Qaïda et les talibans avaient « établi une relation de travail ou de soutien logistique pour atteindre des objectifs communs ». L’ISI a été classé aux côtés du Hamas, de Jaish-e-Mohammed et du Hezbollah, entre autres. WikiLeaks a également rapporté qu’il existait des plans visant à faire exploser une bombe nucléaire en Europe, si le chef d’Al-Qaïda Oussama Ben Laden était capturé.

Troisièmement, Adnan Rashid, haut-commandant des talibans, est un ancien employé de l’armée de l’air pakistanaise (PAF). Dans une interview au magazine djihadiste Azan en 2013, Rashid a révélé qu’une institution nommée Idarat-ul-Pakistan avait été créée au sein de la PAF pour coordonner les activités djihadistes dans les trois branches de l’armée pakistanaise : marine, armée de terre et armée de l’air. Rashid a également révélé qu’il avait été envoyé suivre un entraînement au camp de Jaish-i-Mohammad dirigé par Maulana Massoud Azhar. Dans ce camp, Adnan Rashid a compris que Jaish-e-Mohammed (JeM) travaillait « sous les ordres de l’ISI ». Il a déclaré à son patron au sein de l’Idarat-ul-Pakistan : « Il n’y a aucune différence entre nous et Jaish-e-Muhammad. Nous sommes des soldats en uniforme et eux sont des soldats sans uniforme. » L’interview d’Adnan Rashid a clairement établi que Jaish-e-Mohammed était une filiale de l’ISI.

Quatrièmement, à la mi-2014, une interview de Shamsh Kashmiri a été diffusée. Celui-ci a été démis de son poste d’émir adjoint de Jaish-e-Mohammed. Kashmiri avait eu des divergences d’opinions avec le chef de JeM, Maulana Massoud Azar, après avoir refusé d’ordonner le djihad contre l’armée pakistanaise, suite à l’opération de l’armée en 2007 dans la mosquée rouge d’Islamabad. Dans cette interview, Kashmiri observait : « Nous pensions que Jaish-e-Mohammed, Lashkar-e-Taiba, Harkatul Mujahidine, Hizbul Mujahidine, Al-Barq Mujahidine… étaient des organisations sincèrement dédiées au djihad… mais l’opération de la Mosquée rouge a prouvé que notre djihad est mené sous le chapeautage de l’ISI. » Aujourd’hui encore, Jaish-e-Mohammed bénéficie de la liberté de diffusion de ses enseignements djihadistes et publie ​Haftroza Al-Qalam​, un journal hebdomadaire.

« Shamsh Kashmiri a également révélé que, lorsque le général Pervez Mousharraf avait interdit les groupes djihadistes suite aux pressions internationales, le Lt.-Gén. en chef de l’ISI de l’époque, Pervez Kayani, avait immédiatement décidé de doubler les salaires mensuels des groupes djihadistes. […]. Kashmiri a également observé : « L’argent que l’ISI donne est qualifié d’argent pour les opérations. »

Et d’ajouter : « Il y a un centre d’entraînement de Jaish-e-Mohammed à Balakot. 20 à 25 soldats de l’armée pakistanaise s’y trouvent pour leur sécurité et c’est une obligation incombant à toute personne de toute organisation de rencontrer les hommes de l’ISI dans [les villes de] Muzaffarabad, Kotli et Mansehra quotidiennement. »

Cinquièmement, Jaish-i-Muhammad, l’ISI et Al-Qaïda entretiennent des relations étroites. Adam Yahiye Gadahn, connu comme étant le porte-parole américain d’Al-Qaïda, a été tué au Waziristan en janvier 2015. Dans une interview publiée à titre posthume par le magazine ​Resurgence d’Al-Qaïda dans le sous-continent indien (AQSI), Adam Gadahn observait que, lorsqu’il s’était rendu de la Californie au Pakistan, il avait tout d’abord séjourné à l’hôtel Koweit de l’Université islamique internationale à Islamabad. « Deux frères pakistanais étaient venus me chercher à l’hôtel. Ils m’ont dit qu’ils appartenaient au groupe dirigé par Maulana Massoud Azhar, qui se trouvait toujours dans une prison indienne. » Sa déclaration révèle que Jaish-e-Mohammed est une organisation au service d’Al-Qaïda.

Sixièmement, bien qu’Al-Qaïda soit dirigée par des terroristes arabes, c’est fondamentalement une organisation pakistanaise. Elle a été placée sous la supervision de l’ISI à Peshawar en 1988 – époque à laquelle l’ISI était sorti victorieux [de la guerre] en Afghanistan. C’est à partir du Pakistan qu’Al-Qaïda a rayonné dans tout le Moyen-Orient. Al-Qaïda est pratiquement une filiale de l’ISI, qui se considère comme le gardien idéologique de l’Etat islamique au Pakistan : Al-Qaïda et l’ISI partagent le même objectif idéologique – la création d’un Califat islamique, à la seule différence que l’ISI souhaite que le Pakistan soit à la tête d’un tel califat international. C’est l’ISI qui a protégé Oussama Ben Laden à Abbottabad, tout comme il a protégé le chef taliban Mollah Omar et continue de protéger Maulana Massoud Azhar et le chef actuel d’Al-Qaïda, Ayman Al-Zawahiri.

Actuellement, l’ISI utilise les talibans pour lancer des attaques meurtrières en Afghanistan, et les grandes puissances le savent. Le 19 avril, les talibans ont mené une attaque suicide contre le quartier général d’une unité d’élite de l’armée afghane près de Kaboul, tuant 64 personnes et en blessant 300. Avec l’aide de la CIA et de l’argent saoudien, l’ISI avait pris le contrôle des groupes djihadistes en Afghanistan dans les années 1980. Il a conservé ce contrôle jusqu’en 2016.

Lien vers l’article en anglais

Acerca de MEMRI

El Instituto de Investigación de Medios de Información en Medio Oriente (MEMRI) explora el Medio Oriente a través de los medios informativos de la región.

Deja tu Comentario

A fin de garantizar un intercambio de opiniones respetuoso e interesante, DiarioJudio.com se reserva el derecho a eliminar todos aquellos comentarios que puedan ser considerados difamatorios, vejatorios, insultantes, injuriantes o contrarios a las leyes a estas condiciones. Los comentarios no reflejan la opinión de DiarioJudio.com, sino la de los internautas, y son ellos los únicos responsables de las opiniones vertidas. No se admitirán comentarios con contenido racista, sexista, homófobo, discriminatorio por identidad de género o que insulten a las personas por su nacionalidad, sexo, religión, edad o cualquier tipo de discapacidad física o mental.


El tamaño máximo de subida de archivos: 300 MB. Puedes subir: imagen, audio, vídeo, documento, hoja de cálculo, interactivo, texto, archivo, código, otra. Los enlaces a YouTube, Facebook, Twitter y otros servicios insertados en el texto del comentario se incrustarán automáticamente. Suelta el archivo aquí

Artículos Relacionados: