Sur un panneau indicateur - l'entré du Jamel, en Allemagne, on peut voir les directions pour Paris, Vienne et… Braunau am Inn, la ville de naissance d'Hitler.

Dans ce curieux village qui compte une dizaine de maisons, les habitants organisent plusieurs fois par an des fêtes en extérieur pendant lesquelles les participants chantent des chants - la gloire d'Hitler, autour d'un feu de bois.

Jamel est une manifestation extrême d'un phénomène pas si rare en Allemagne de l'Est. Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, où se trouve la ville, est d'ailleurs l'un des deux seuls länder (Etats fédérés d'Allemagne) où le parti d'extrême droite NDP (Parti National Démocratique) siège au parlement.

On estime que l'extrême droite a orchestré 40 attaques dans le land l'année passée.

Le land où peu d'industries s'installent, a le plus haut taux de chômage d'Allemagne (12,7%) (en dehors de Berlin).
Paradoxalement, seulement 2% de la population est d'origine étrangère, et c'est selon certains cette méconnaissance des étrangers qui provoque une telle xénophobie.

Un homme est � la tête du mouvement: Sven Krueger, 36 ans, propriétaire d'une entreprise de démolition, dirige le parti NPD local. Il a déj� eu des problèmes avec la justice (on a trouvé chez lui une mitraillette avec 200 cartouches), mais il se tient droit depuis qu'il s'est engagé en politique.

Il n'y a pas grand-chose � faire légalement contre Krueger et sa bande. Sept des dix maisons du hameau appartiennent � des activistes d'extrême-droite, et ceux qui souhaitent s'y installer ne sont pas les bienvenus, surtout si leurs idées diffèrent de la pensée dominante.

Pourtant, Jamel héberge aussi un couple aux valeurs plus universelles. Elle écrit des romans policiers et lui compose de la musique. Ils n'ont pas saisi l'importance du phénomène quand ils ont acheté leur maison dans ce village, il y a 6 ans, mais maintenant, ils sont bien décidés � rester, et � résister. Ils organisent tous les ans dans leur propriété un festival de musique rock, pop et heavy-métal.
« Nous organisons ce festival pour la démocratie et la tolérance pour montrer que cette ville n'est pas entièrement entre des mains d'extrême-droite. Il y a d'autres personnes ici qui ne croient pas en leur idéologie », explique Birgit Lohmeyer.

Aujourd'hui, 14 février 2011, dans la ville de Dresde, rasée par les bombardements alliés entre le 13 et le 15 février 1945, environ 1500 néonazis ont défilés pour commémorer cet anniversaire.

17.000 manifestants antifascistes ont formé une chaîne symbolique sur 3 km dans la vieille ville, pour signifier leur opposition aux groupes néo-nazis.

Le maire adjoint Detlef Sittel a salué ce "signe de détermination" et s'est dit "fier et reconnaissant" envers les participants � cette chaîne humaine.

Fuenteisrael-infos.net

SIN COMENTARIOS

Deja tu Comentario

A excepción de tu nombre y tu correo electrónico tus datos personales no serán visibles y son opcionales, pero nos ayudan a conocer mejor a nuestro público lector

A fin de garantizar un intercambio de opiniones respetuoso e interesante, DiarioJudio.com se reserva el derecho a eliminar todos aquellos comentarios que puedan ser considerados difamatorios, vejatorios, insultantes, injuriantes o contrarios a las leyes a estas condiciones. Los comentarios no reflejan la opinión de DiarioJudio.com, sino la de los internautas, y son ellos los únicos responsables de las opiniones vertidas. No se admitirán comentarios con contenido racista, sexista, homófobo, discriminatorio por identidad de género o que insulten a las personas por su nacionalidad, sexo, religión, edad o cualquier tipo de discapacidad física o mental.
Artículo anteriorOlga Breeskin, actriz, bailarina, violinista y anfitriona de TV
Artículo siguienteCarta abierta de François Léotard, ex Ministro francés a Mahmoud Ahmadinejad