Le premier échange date de 1969, lorsque Kadhafi prend le pouvoir après un coup d’état.

Schlamowitz lui envoie alors un courrier de félicitations et lui demande une photo dédicacée…qu’il reçoit avec une réponse du dictateur libyen un mois plus tard.
Un mois plus tard, contre toute attente, le guide libyen lui répond, autographe en prime.

Il entame alors une correspondance suivie, qui va des cartes de vœux, des courriers à l’approche de sujets plus sensibles: “Je lui ai dit que l’Etat d’Israël ne disparaîtrait jamais parce que c’était la patrie du peuple juif “, se souvient l’ancien fleuriste. A Quoi Kadhafi répond que “les Américains utilisent le terrorisme contre le peuple palestinien en fournissant des armes et des avions aux Israéliens pour attaquer les camps palestiniens”

Les échanges s’interrompent du fait de Schlamowitz après l”attentat de Lockerbie en 1988: l’américain a des principes et ne veut plus écrire à un homme coupable “de crimes contre l’humanité”.

Aux premiers moments de la révolte libyenne, le fleuriste reprend sa plume, pour “remonter le moral de Kadhafi”. Il lui écrit en guise d’avertissement prémonitoire: “si tu ne t’occupe pas de ton peuple, ton peuple s’occupera de toi”.’
La lettre lui revient sans avoir été ouverte.
Louis Schlamovitz dit s’être “mal senti à cause de la façon dont il a été tué”.

Le fleuriste ne s’est pas arrêté au dictateur libyen; il a entretenu des correspondances avec l’Ayatollah Khomeini, Yasser Arafat, ou le Président Truman….

Correspondances qui ont fini par attirer l’attention des agents de la CIA qui lui ont rendu visite à plusieurs reprises et ont fini par conclure qu’il ne s’agissait effectivement que d’innocents échanges de courriers.

Le fleuriste montre l’empilement des lettres et des photos dédicacées, rangées dans un album; pour lui, “Kadhafi a été un bon correspondant; je trouve très agréable qu’il ait pris le temps de répondre à mes courriers, je suis quelqu’un d’ordinaire” conclut-il.

SIN COMENTARIOS

Deja tu Comentario

A excepción de tu nombre y tu correo electrónico tus datos personales no serán visibles y son opcionales, pero nos ayudan a conocer mejor a nuestro público lector

A fin de garantizar un intercambio de opiniones respetuoso e interesante, DiarioJudio.com se reserva el derecho a eliminar todos aquellos comentarios que puedan ser considerados difamatorios, vejatorios, insultantes, injuriantes o contrarios a las leyes a estas condiciones. Los comentarios no reflejan la opinión de DiarioJudio.com, sino la de los internautas, y son ellos los únicos responsables de las opiniones vertidas. No se admitirán comentarios con contenido racista, sexista, homófobo, discriminatorio por identidad de género o que insulten a las personas por su nacionalidad, sexo, religión, edad o cualquier tipo de discapacidad física o mental.
Artículo anteriorDestacan el papel de la industria de los Kibutzim
Artículo siguientePortugal´s President: “I am proud of my Jewish ancestry”