Publié le 17 juillet dans RFI

1938 : alors que l’Europe s’apprête à basculer dans l’horreur nazie et que l’Autriche, annexée par les forces d’Hitler, vient de « céder à la force », les juifs d’Allemagne et d’Europe ont pris les routes de l’exil mais le monde lui, ferme déjà ses portes aux réfugiés… sauf la petite République Dominicaine située sur l’île d’Hispaniola.

À cette époque, lors de la conférence d’Evian, Rafael Trujillo, président dictateur de la République Dominicaine, propose d’accueillir 100 000 réfugiés juifs sur son île. Finalement, ils seront moins d’un millier à pouvoir rejoindre ces terres baignées par l’Atlantique et la Mer des Caraïbes, très loin de la vieille Europe bientôt à feu et à sang…

Aujourd’hui, sur cette île devenue une destination balnéaire prisée, des descendants de cette singulière communauté juive perpétuent la mémoire de leurs ancêtres qui ont contribué à bâtir au Nord, la petite ville de Sosua. Et une écrivaine française Catherine Bardon, grande amoureuse de la République Dominicaine, autrice d’une grande saga romanesque autour de cette histoire, contribue également à la partager. C’est elle qui va nous guider de Saint-Domingue à Sosua sur les traces de cette incroyable histoire.

Un reportage de François-Xavier Freland : pour l'écouter, cliquez ici

 

Pour en savoir plus : 

- Le site du « Sosua Virtual Museum » rassemble en ligne de nombreuses ressources sur la petite communauté juive dominicaine

- Les archives photos de Sosua de la JDC ou « American Jewish Joint Distribution Committee » qui, dès 1914, est venu en aide aux juifs d’Europe et a participé à l’installation des juifs de Sosua.

FuenteCrif

SIN COMENTARIOS

Deja tu Comentario

A excepción de tu nombre y tu correo electrónico tus datos personales no serán visibles y son opcionales, pero nos ayudan a conocer mejor a nuestro público lector

A fin de garantizar un intercambio de opiniones respetuoso e interesante, DiarioJudio.com se reserva el derecho a eliminar todos aquellos comentarios que puedan ser considerados difamatorios, vejatorios, insultantes, injuriantes o contrarios a las leyes a estas condiciones. Los comentarios no reflejan la opinión de DiarioJudio.com, sino la de los internautas, y son ellos los únicos responsables de las opiniones vertidas. No se admitirán comentarios con contenido racista, sexista, homófobo, discriminatorio por identidad de género o que insulten a las personas por su nacionalidad, sexo, religión, edad o cualquier tipo de discapacidad física o mental.
Artículo anteriorUn editor luchador hasta el final: Harry Rosenfeld muere a los 91 años
Artículo siguienteEn torno al genio científico del siglo XX