Alors que l’armée du régime syrien se prépare à lancer une campagne pour reprendre Idlib, au nord de la Syrie, l’ambassadeur de Chine à Damas, Qi Qianjin, a déclaré au quotidien pro-régime Al-Watan, le 1er août 2018, que l’armée chinoise serait prête à participer « d’une manière ou d’une autre » à la campagne d’Idlib ou dans d’autres régions du pays. L’ambassadeur a exprimé son soutien à ce qu’il a qualifié de guerre syrienne contre les terroristes, observant l’existence d’une coopération entre les armées syrienne et chinoise. L’article cite également l’attaché militaire chinois en Syrie, affirmant que l’armée chinoise souhaite renforcer ses relations avec l’armée syrienne, et exprimant ses regrets que les Ouïghours chinois participent aux combats contre le régime d’Assad.

Les Ouïghours sont une minorité ethnique turque installée en Chine, à majorité musulmane, dont certains membres réclament l’indépendance dans la province de Xinjiang, où est concentrée la minorité ouïghoure. Parmi les séparatistes se trouvent des membres du Parti islamique du Turkestan (PIT), organisation djihadiste qui veut créer un Etat islamique dans le Xinjiang. Le PIT a perpétré des attentats terroristes contre les autorités chinoises et a envoyé des combattants en Syrie pour participer aux combats contre le régime d’Assad. Ses combattants coopéraient autrefois étroitement avec les groupes djihadistes affiliés à Al-Qaïda, et ils sont principalement actifs dans la région d’Idlib, du mont Turkmène et du nord de Lattaquié.

Il convient d’observer que ce n’est pas la première information concernant une aide militaire chinoise au régime syrien. Le 28 novembre 2017, la page Facebook de la base aérienne russe de Khmeimim en Syrie avait rapporté que la Chine envisageait d’envoyer des forces spéciales en Syrie pour affronter les combattants du PIT dans la région de Damas.[1] L’ambassadeur Qi Qianjin a démenti l’information.[2]

Extraits de l’article dans Al-Watan sur les récentes déclarations de l’ambassadeur et de l’attaché militaire chinois en Syrie.

L’ambassadeur chinois en Syrie, Qi Qianjin, a déclaré à Al-Watan : « … Il existe une coopération militaire positive entre la Chine et la Syrie dans le domaine du contre-terrorisme. Nous savons que la guerre contre le terrorisme et la campagne de la Syrie contre les terroristes servent non seulement les intérêts du peuple syrien, mais également ceux du peuple chinois et de [tous] les peuples du monde. Il y a eu une étroite coopération entre nos armées pour combattre les terroristes [venus en Syrie] du monde entier, y compris ceux venus de Chine. Cette coopération entre les armées et les [autres] éléments concernés se poursuivra dans l’avenir… »

Interrogé sur la possibilité que son pays participe à la prochaine campagne de l’armée arabe syrienne contre les terroristes à Idlib, notamment à la lumière de la présence de combattants ouïghours [dans la région], Qianjin a répondu que la Chine « suit la situation en Syrie, en particulier après la victoire dans le sud [de la Syrie] et que son armée est disposée à participer d’une manière ou d’une autre, aux côtés de l’armée syrienne qui combat les terroristes à Idlib et dans toute autre partie de la Syrie ».

Dans une déclaration similaire à Al-Watan, [l’attaché militaire chinois en Syrie], Wong Roy Chang, a déclaré : « Tout d’abord, le gouvernement chinois s’oppose à toute forme de terrorisme… Deuxièmement, nous regrettons que quelques ressortissants chinois, encouragés par des organisations extrémistes, soient venus en Chine et aient formé une organisation terroriste [qui combat] les citoyens et le gouvernement [syriens]. Nous nous y opposons et le condamnons, et exprimons nos regrets pour les crimes perpétrés [par cette organisation] contre le peuple et le gouvernement syriens… »

Interrogé sur la possibilité de voir la Chine participer d’une manière ou d’une autre à l’opération [militaire] à Idlib, l’attaché a déclaré : « La coopération militaire entre les armées syrienne et chinoise se poursuit. Nous entretenons de bonnes relations et maintenons cette coopération pour servir la sécurité, l’intégrité et la stabilité de nos pays. Nous – la Chine et son armée – souhaitons développer nos relations avec l’armée syrienne. Quant à la participation à l’opération d’Idlib, une décision politique s’impose.” Il a démenti la présence de conseillers militaires ou de forces spéciales chinoises en Syrie actuellement.

Lien vers le rapport en anglais

Notes :

[1] Russianmilitaryinsyria, 28 novembre 2017.

[2] Enabbaladi.net, 1er décembre 2017.

[3] Al-Watan (Syria), 1er août 2018.

 

SIN COMENTARIOS

Deja tu Comentario

A excepción de tu nombre y tu correo electrónico tus datos personales no serán visibles y son opcionales, pero nos ayudan a conocer mejor a nuestro público lector

A fin de garantizar un intercambio de opiniones respetuoso e interesante, DiarioJudio.com se reserva el derecho a eliminar todos aquellos comentarios que puedan ser considerados difamatorios, vejatorios, insultantes, injuriantes o contrarios a las leyes a estas condiciones. Los comentarios no reflejan la opinión de DiarioJudio.com, sino la de los internautas, y son ellos los únicos responsables de las opiniones vertidas. No se admitirán comentarios con contenido racista, sexista, homófobo, discriminatorio por identidad de género o que insulten a las personas por su nacionalidad, sexo, religión, edad o cualquier tipo de discapacidad física o mental.
Artículo anteriorEdición de agosto de "Vitral", boletín del Centro de Documentación e Investigación Judío de México
Artículo siguienteL’imam Sulaiman Jalloh de Virginie : Si Allah le veut, l’Amérique sera une nation musulmane – L’islam est la solution aux problèmes du monde