Diario Judío México - Par : M. Khayat*

L’Etat islamique (EI) a employé de nombreux efforts au cours des dernières semaines pour attaquer l’Arabie saoudite, ses dirigeants et chefs religieux, au moyen d’une campagne médiatique intensive et bien coordonnée. Cette campagne comportait la mise en ligne de 15 vidéos officielles de l’EI émanant de différentes provinces, ainsi que la mise en ligne de contenus similaires prolifiques, par la société médiatique affiliée à l’EI Al-Battar, sur les réseaux sociaux et les forums djihadistes. Cet effort est sans précédent.

Cette campagne, destinée au public saoudien en général, visait à lui « ouvrir les yeux » sur la trahison et la corruption supposées des Al-Saoud – la famille régnante saoudienne (désignée par l’expression péjorative d’Al-Saloul, en référence à Abdallah bin Saloul, personnage hypocrite bien connu de l’époque de Mahomet). La famille Al-Saoud est présentée comme un corps étranger à la Péninsule arabique, et comme composée de souverains indignes. La campagne appelle les Saoudiens à rejoindre le djihad sous l’étendard de l’EI, afin de prendre pour cible la famille régnante, son infrastructure religieuse et ses militaires. Elle vise aussi à unir les Saoudiens sunnites contre leurs compatriotes chiites, accusés de pouvoir librement pratiquer leur religion dans le pays (grâce aux Al-Saoud). La campagne fait également référence de manière répétitive aux prisonniers sunnites en Arabie saoudite, promettant que l’EI viendra à leur secours.

Ce n’est pas la première fois que l’EI se focalise sur l’Arabie saoudite. En mai 2015, le chef de l’EI Abou Bakr Al-Baghdadi avait dénoncé la collaboration entre la famille Al-Saoud et l’Occident, et notamment les Etats-Unis. Il avait aussi critiqué la campagne militaire saoudienne, dirigée à l’époque contre les Houthis chiites au Yémen, la qualifiant de tentative saoudienne pour plaire aux Etats-Unis.[1] Peu de temps après, les terroristes de l’EI en Arabie saoudite avaient appelé à prendre pour cibles les chiites du pays, tout en prétendant que l’EI était le seul protecteur véritable des sunnites.[2]  Dans son dernier discours, en date de décembre 2015, Al-Baghdadi a condamné l’alliance militaire islamique récemment constituée sous direction saoudienne pour combattre le terrorisme et a menacé tous les pays membres de représailles.[3]

L’organisation et la présentation de la campagne comportent plusieurs des marques de fabrique devenues indissociables des activités en ligne de l’EI, et notamment le volume, la coordination et la persistance. L’EI mise sur le volume : le même message, ou des variantes, sont présentés de manière répétée, à destination d’un public donné, pour créer un impact. Cette méthode est très utilisée dans les questions les plus importantes pour l’EI, et elle le fut également lors de précédentes campagnes.[4] La saturation de messages peut toutefois sembler parfois exagérée, ou même être perçue comme une tentative désespérée de l’EI de faire passer un message qui aurait pu être diffusé simplement en une seule vidéo.

Dans la campagne anti-saoudienne actuelle, l’ensemble des 15 vidéos ainsi que les autres contenus diffusés font toujours écho aux mêmes messages fondamentaux, avec toutefois des accents et une présentation différente. La campagne a été bien coordonnée, le contenu étant mis en ligne régulièrement pendant plusieurs jours, sur de nombreuses plateformes, parmi lesquelles le forumShumoukh Al-Islam, Twitter, etTelegram. Le contenu a en outre été re-posté chaque fois qu’il était signalé ou retiré. Il s’agit quasi-systématiquement de combattants saoudiens s’adressant personnellement à leurs compatriotes saoudiens. Ces vidéos sont de durée variable, allant de cinq minutes à une demi-heure.

Lire le rapport intégral

*M. Khayat est chercheur à MEMRI