La division de main-d'œuvre des Forces de Défense d'Israël, avec le commandement médical de Tsahal, ont effectué un travail massif au cours des dernières années, en prévision du jour où Gilad Shalit serait libéré de sa captivité. Il s'est passé 26 ans depuis la dernière fois qu'un otage israélien a été rendu vivant à sa famille.

Les préparatifs autour de l'assistance qui va devoir être donnée au jeune homme à son retour en Israël sont intenses. L'armée se prépare également à aborder les questions morales et éthiques que les soldats de Tsahal pourraient soulever. Le commandement central de Tsahal et les services de sécurité du Shin Bet ont, par ailleurs, déjà mis en place des plans en prévision de la situation locale et des risques possibles après la libération de centaines de terroristes et leur transfert vers la Judée Samarie.

Avi Ori, le directeur du département de réhabilitation au Centre médical Reut et professeur de médecine de réadaptation à l'université de Tel-Aviv – qui a lui-même été fait prisonnier pendant la guerre de Yom Kippour - a fait partie de l'équipe qui a rencontré des soldats libérés à la fin de la première guerre du Liban. « Nous ne savons pas dans quel état de santé se trouve Gilad Shalit ni ce qu'il a subi au cours des cinq dernières années », explique le médecin. « Il va falloir beaucoup de délicatesse, ne pas se précipiter pour lui poser des questions, mais plutôt lui permettre de retrouver rapidement les bras de sa famille et de ses proches tout de suite après les premiers examens nécessaires. Seulement après cela, des examens plus approfondis pourront être effectués, avec le soutien d'experts en santé mentale, et en laissant les questions de sécurité et de renseignement de coté pour plus tard, si elles toutefois elles doivent être posées », ajoute Avi Ori.

Photo: D.R.
Source: Haaretz
IDF readies for Shalit's return and release of prisoners to West Bank (haaretz.com)

SIN COMENTARIOS

Deja tu Comentario

A excepción de tu nombre y tu correo electrónico tus datos personales no serán visibles y son opcionales, pero nos ayudan a conocer mejor a nuestro público lector

A fin de garantizar un intercambio de opiniones respetuoso e interesante, DiarioJudio.com se reserva el derecho a eliminar todos aquellos comentarios que puedan ser considerados difamatorios, vejatorios, insultantes, injuriantes o contrarios a las leyes a estas condiciones. Los comentarios no reflejan la opinión de DiarioJudio.com, sino la de los internautas, y son ellos los únicos responsables de las opiniones vertidas. No se admitirán comentarios con contenido racista, sexista, homófobo, discriminatorio por identidad de género o que insulten a las personas por su nacionalidad, sexo, religión, edad o cualquier tipo de discapacidad física o mental.
Artículo anteriorLe premier sourire de Gilad à son retour à la vie
Artículo siguienteEl director de cine Luis Mandoki, filmará la vida de Kenneth Grahame
Noticias, Reportajes, Cobertura de Eventos por nuestro staff editorial, así como artículos recibidos por la redacción para ser republicados en este medio.