Diario Judío México - Le 2 décembre 2015, la Coopération régionale du ministère des Affaires étrangères de la République islamique d’Afghanistan a organisé une conférence internationale sur la « lutte contre le terrorisme et l’extrémisme au cœur de la région asiatique ». Des experts en contre-extrémisme de différents pays, dont la Russie, l’Inde, le Pakistan, le Kirghizstan, l’Afghanistan et la Turquie, ont assisté à la conférence.

Mme Roya Rahmani, directrice générale de la Coopération régionale du ministère des Affaires étrangères, a présenté la conférence comme un « pas en avant » dans le Processus d’Istanbul – Cœur de l’Asie. Le processus, qui vise à établir une coopération régionale d’aide à l’Afghanistan, a été lancé le 2 novembre 2011 lors d’une réunion à Istanbul de ministres des Affaires étrangères de 14 pays d’Asie centrale, du Moyen-Orient, d’Asie du Sud et d’Eurasie.

Au cours de cette rencontre, les ministres des Affaires étrangères ont déclaré leur « engagement à une coopération sincère, orientée vers l’obtention de résultats à tous les niveaux, qui non seulement aidera l’Afghanistan, mais sera également bénéfique à la sécurité et à la prospérité de la région dans son ensemble ».

Dans son intervention, Tufail Ahmad, directeur du projet d’études d’Asie du Sud à , a abordé la nature de la menace terroriste en Afghanistan. Il a suggéré des moyens de favoriser l’autonomisation des femmes afghanes et de promouvoir la cause de la Réforme islamique dans le pays profondément religieux qu’est l’Afghanistan. L’argument clé d’Ahmad : les nations islamiques ne peuvent espérer progresser à l’époque moderne si les femmes n’occupent pas une place centrale dans les domaines publics.

Lire l’article dans son intégralité en anglais

Las opiniones expresadas aquí representan el punto de vista particular de nuestros periodistas, columnistas y colaboradores y/o agencias informativas y no representan en modo alguno la opinión de diariojudio.com y sus directivos. Si usted difiere con los conceptos vertidos por el autor, puede expresar su opinión enviando su comentario.

SIN COMENTARIOS

Deja tu Comentario

Artículo anteriorOur Computers Are Picking Who Gets Hired
Artículo siguiente“KL, A History of the Nazi Concentration Camps”, de Nikolaus Wachsmann