Ci-dessous des extraits d’un sermon du vendredi prononcé par le cheikh soudanais Abdel Jalil Al-Karouri, diffusé sur la télévision soudanaise le 6 janvier 2012.

Voir les extraits vidéo sous-titrés en anglais:
http://www.memri.org/report/en/0/0/0/0/0/0/6038.htm

“[Les Juifs] convoitent les biens des tribus de Qurayza et Nadhir, de Khaybar et de Taymaan, depuis quatorze siècles”

Abdel Jalil Al-Karouri: Depuis le printemps arabe, Israël se trouve dans une impasse. C’est un fait. Comme dit le dicton: “Un marchand qui a fait faillite ouvre ses vieux registres.” [Les Juifs] convoitent les biens des tribus de Qurayza et Nadhir, de Khaybar et de Taymaan, depuis quatorze siècles. Ils veulent en savoir plus sur les Juifs qui sont venus… On entend souvent parler de la présence de familles juives dans… Que faisaient-elles ? Elles servaient de l’alcool. On l’a vu quand ont était de jeunes étudiants. Ce sont elles qui servaient l’alcool. (…)

L’expulsion [des tribus juives de Médine] fut une campagne militaire, vu que les Juifs de la tribu de Qaynuqa incitaient les habitants de la Mecque à venger les victimes de la Bataille de Badr. Quant aux Juifs de la tribu de Qurayza, ils ont soutenu la coalition [ennemie] lors de la bataille du Fossé, attaquant le prophète Mahomet et ses Compagnons par derrière. (…)

La seule expulsion [jamais intervenue] eut lieu à l’époque d’Omar [Iban Al-Khattab]. Quand il confirma le hadith selon lequel “deux religions ne peuvent coexister sur la péninsule Arabique”, il expulsa les Juifs de Khaybar. Comment s’y prit-il ? Ce pourrait être le premier contre-argument aux revendications juives. Il les expulsa en achetant leur propriété. Donc tout ce qu’il nous faut, c’est le papier de l’achat. Il acheta leurs propriétés puis les réinstalla ailleurs dans le monde islamique. C’est la seule expulsion qui eut lieu. Dans tous les autres cas, on eut affaire à des campagnes militaires. Si tout le monde menait des poursuites après des attaques militaires, tout le monde serait endetté. (…)

“Il est écrit dans le Coran qu’autrefois les Juifs ont été transformés en singes dans la ville d’Eilat, aujourd’hui occupée par les Juifs”

Je me suis une fois demandé si les Juifs allaient intenter des poursuites aux singes, juste parce qu’ils étaient eux-mêmes des singes autrefois. Il est écrit dans le Coran qu’autrefois les Juifs ont été transformés en singes dans la ville d’Eilat, aujourd’hui occupée par les Juifs. Ils sont devenus des singes. Vont-ils demander à être indemnisés parce qu’ils étaient singes avant de redevenir humains ? (…)

Les [Juifs] sont arrivés dans leur pays en 1948. Ont-ils l’intention de poursuivre le monde arabe, l’Egypte, la Mauritanie et le Soudan ? Je ne pense pas qu’il y ait quoi que ce soit de juif là-bas, hormis le cimetière qui provoque des encombrements au nord de Khartoum. S’ils le veulent, ils peuvent venir le chercher, et enterrer leurs morts où bon leur semble. A part cela, il n’y a rien qui soit à eux dans le monde islamique.” (…)

SIN COMENTARIOS

Deja tu Comentario

A excepción de tu nombre y tu correo electrónico tus datos personales no serán visibles y son opcionales, pero nos ayudan a conocer mejor a nuestro público lector

A fin de garantizar un intercambio de opiniones respetuoso e interesante, DiarioJudio.com se reserva el derecho a eliminar todos aquellos comentarios que puedan ser considerados difamatorios, vejatorios, insultantes, injuriantes o contrarios a las leyes a estas condiciones. Los comentarios no reflejan la opinión de DiarioJudio.com, sino la de los internautas, y son ellos los únicos responsables de las opiniones vertidas. No se admitirán comentarios con contenido racista, sexista, homófobo, discriminatorio por identidad de género o que insulten a las personas por su nacionalidad, sexo, religión, edad o cualquier tipo de discapacidad física o mental.
Artículo anteriorEl nuevo, gran diccionario Yiddish-Ruso (en Yiddish)
Artículo siguienteLa vizion de Emma Lazarus
Noticias, Reportajes, Cobertura de Eventos por nuestro staff editorial, así como artículos recibidos por la redacción para ser republicados en este medio.