Les juifs suivent un régime d’alimentation diffèrent des autres religions, mais qui ressemble à l’islam dans certains détails. En effet, ils ne mangent pas n’importe quelle nourriture, et ils s’assurent qu’un ensemble de conditions sont respectés pour qu’elle soit casher, c’est-à-dire appropriée aux Juifs.

La cacheroute est liée à un ensemble de lois juives qui régissent l’alimentation des juifs. En effet, les Juifs ne mélangent les produits laitiers et la viande, ne mangent pas de charognes ou les animaux comme les cochons, ou ceux qui n’ont pas de sabots fissurés, comme les chameaux, les cheveaux ou les lapins. Ils ne mangent pas non plus les poissons, comme les huîtres et le moonshine, car ils doivent avoir des nageoires et des écailles, et évitent aussi les insectes, à l’exception des criquets. Cependant, ils consomment toutes sortes de légumes et de fruits.

Un sacrifice ne peut pas être “casher” que s’il respecte les rituels juifs, à commencer par être béni en premier et prononcer le nom de Dieu avant d’être abattu à l’aide d’un couteau tranchant. C’est le procédé qui se fait en égorgeant l’oesophage et la bête doit être vidée de sang, car ce dernier est interdit. Ensuite,  la viande est salée et trempée dans l’eau pendant 72 heures, afin que le sang ne colle pas à la viande.

Il est interdit aux juifs de manger du pain qui contient des levures ou qui a été préparé le jour du Shabat. Ils doivent également cuire les aliments dans des ustensiles prévus à cet effet, qui sont nettoyés à l’eau très chaude et exposés à une température élevée, afin de se débarrasser des résidus alimentaires.

La production et la préparation de la cacheroute, qui est utilisée par les Juifs depuis plus de 3000 ans, est supervisée par un rabbin qui a une autorité rabbinique d’approuver la nourriture comme étant “halal”.