Les individus les plus importants de la structure dirigeante de l’Etat islamique (EI) sont arabes, principalement irakiens et syriens, à la seule exception du commandant tchétchène Abou Omar Al-Shishani.

Le porte-parole officiel de l’EI depuis longtemps est le Syrien Abou Mohammad Al-Adnani, responsable des annonces les plus importantes du groupe. Mais dans les vidéos officielles de l’EI apparaissent des Arabes, un Albanais, un Chilien, un Kurde, un Canadien, un Australien, des Français, des Anglais, des Caucasiens russophones et des Allemands. Souvent, ces « stars » de la vidéo font une apparition unique, parfois plusieurs.

Le plus en vue est probablement Denis Mahmado Cuspert, l’ancien rappeur Deso Dogg, connu successivement sous les noms « Soleil », « Abou Malik » et actuellement « Abou Talha Al-Almani ». Il fait partie des personnages secondaires de la propagande de l’EI les plus célèbres et anciens, à l’instar de « John le djihadiste » Mohammed Emwazi et du rappeur amateur britannique Abdel Majid Abdel Bary. Le membre d’Al-Qaïda récemment disparu Adam Gadahn était plutôt un genre de porte-parole, tandis qu’Anwar Al-Awlaki d’AQPA [Al-Qaïda dans la Péninsule arabique] était une autorité religieuse douée, dont l’influence néfaste a perduré longtemps après sa mort.

Si la catégorie des animateurs n’est pas spécifique à l’EI (le défunt Omar Al-Hammani d’Al-Shabaab avait un rôle similaire), celui-ci fait une utilisation agressive de leurs talents. Peu de djihadistes en vie actuellement sont aussi photographiés ou filmés que Cuspert.

Abou Talha et un combattant inconnu en Syrie
Abou Talha et un combattant inconnu en Syrie

Origines

Le passé de Cuspert présente de nombreuses pathologies sociales. Fils d’une mère allemande et d’un père ghanéen, son père a abandonné sa famille lorsque Denis était bébé. Le garçon n’était pas proche de son beau-père afro-américain. Il était impliqué dans une série de délits, y compris la consommation de drogue. Il se sentait racialement ostracisé et dit avoir été battu enfant en raison de ses origines ethniques. [1]

Pendant 15 ans, Cuspert était rappeur en Allemagne. Il a connu un certain succès, produisant plusieurs CD, parmi lesquels Murda Cocctail, Vol. 1, [2] et a même fait des tournées avec la star du hip hop américain DMX. En 2010, il se serait converti à l’islam salafiste sous la tutelle du prédicateur allemand Pierre Vogel, mais certaines de ses vidéos musicales contenaient des thèmes islamiques dès 2007, en parallèle de la sous-culture « Gangsta ». [3]  Le clip vidéo « Wilkommen In Meiner Welt » (Bienvenue dans mon monde) montre Cuspert avec des chapelets de prière, exhibant un tatouage de Zulfiqar, l’épée légendaire de l’imam Ali, sur son avant-bras gauche, preuve substantielle qu’avant de se convertir à l’islam sunnite salafiste, Cuspert avait envisagé de devenir chiite.

Au regard des documents prolifiques qu’il a lui-même compilés, Cuspert était tellement célèbre dans sa patrie qu’en mars 2015, une compilation non djihadiste en langue allemande , inspirée de ses anciennes chansons et intitulée « Straight outta Syria », se moquait de son parcours tout en lui rendant hommage. [4] L’un des morceaux a été réalisé par son jeune frère, Lil’ Deso.

En train de goûter des figues au nord-est de la Syrie
En train de goûter des figues au nord-est de la Syrie

Enseigner l’islam aux Syriens

Cuspert semble s’être essayé à tout. Après le chiisme et différents arts martiaux, [5] sa nouvelle foi radicale l’a mené encore plus loin dans des factions islamistes de plus en plus extrémistes, de « Die Wahre Religion » (La vraie religion) à Millatu Ibrahim. Ce dernier groupe, fondé par Cuspert et Abou Osama Al-Gharib dans l’Etat de Rhénanie du Nord-Westphalie, a diffusé certains de ses nashids [chants djihadistes] les plus célèbres, tels que Ghurabah, [6]  un éloge des prisonniers djihadistes avec des images de Guantanamo, d’Abou Ghraib et de Shishan (Tchétchénie)louant le combat djihadiste tchétchène. [7]

Une inculpation pour port d’armes et des problèmes avec la justice, après l’assassinat de deux aviateurs américains à l’aéroport de Francfort en 2011, semblent avoir suscité son départ d’Allemagne. L’immigrant kosovar Arid Uka a été motivé par un clip du film hollywoodien Redacted, publié par Cuspert sur sa page Facebook, montrant le viol d’une femme irakienne par des Américains. L’activisme en ligne de Cuspert, ses prêches et ses chansons semblent gagner une large audience, même s’ils sont tous en allemand. [8]

Après avoir passé quelque temps en Afrique du Nord, à partir de l’été 2012, probablement en Egypte et en Lybie, [9] Cuspert s’est finalement rendu en Syrie en 2013. [10] Sa première vidéo provenant de Syrie le montre, sous son nouveau pseudo, « Abou Talha Al-Almani », riant et batifolant dans une forêt, et invitant les Allemands à rejoindre le djihad en Syrie. Même s’il est armé et porte un uniforme, on ignore si Abou Talha se battait réellement. Après avoir rejoint le mouvement radical Jund Al-Sham, Abou Talha a été blessé dans une attaque de l’armée de l’air syrienne visant un bâtiment où il se trouvait. Il n’est pas surprenant que les caméras aient capturé des images d’Abou Talha emmené à l’hôpital après l’attaque aérienne.

Fin 2013, il était suffisamment remis pour donner une longue interview publiée par le Global Islamic Media Front (GIMF), pro-Al Qaïda. [11]

Al-Almani a reconnu, au cours de l’interview de 66 minutes, qu’il avait pensé émigrer dès les années 1990, « depuis la première guerre en Irak », en Tchétchénie, en Somalie et au Waziristan. Il a reconnu avoir été blessé dans une attaque de Mig syrien dans une zone non combattante. Se souvenant de sa période de musicien, il la décrit comme « cette étroitesse, ce désordre et ce marécage. Je peux juste dire que l’époque où j’étais musicien était une époque sombre ». Il se décrit à cette époque comme un moudjahid de la Syrie libre et met en garde les musulmans allemands qui refusent de rejoindre l’Armée libre syrienne car ils croient en la démocratie plutôt qu’en la charia.

A la même époque, le GIMF a publié une série vidéo de quatre épisodes décrivant son travail humanitaire auprès des Syriens déplacés. [12] « Nous ne sommes pas ici pour répandre la haine », affirme-t-il alors qu’on le voit distribuer des habits, installer un générateur et demander des dons. Le ton est jovial, humanitaire, et islamiste.

La vidéo le montre déambulant dans des points de passage installés par l’Armée syrienne libre et Jabhat Al-Nusra (JN). Il décrit le FSA, JN et l’EI comme des frères combattant sous la bannière de l’islam. En Syrie, convient-il hors caméra, « tout est différent » et on trouve des cœurs chaleureux, par opposition aux « cœurs de pierre allemands ». [13] Il affirme aspirer à une époque où les musulmans pourront émigrer dans un pays musulman séparé des koufars [infidèles] et qu’alors, les musulmans que les infidèles vivront séparés, en toute sécurité. [14]

Abou Talha distribuant des bonbons à des enfants syriens
Abou Talha distribuant des bonbons à des enfants syriens

Abou Talha qualifie son travail en Syrie à cette époque de dawa, affirmant qu’il enseignait l’islam aux Syriens. Cela semble assez prétentieux de la part d’un converti de fraîche date (depuis seulement quelques années) vivant dans l’un des plus vieux pays musulmans de la planète, mais cet état d’esprit est assez courant chez les djihadistes étrangers affluant en Syrie pour combattre le régime du président syrien Bashar Al-Assad et créer un monde islamique à leur propre image.  

Prêter allégeance à l’Etat islamique

Abou Talha semble s’être rallié à l’EI au début de l’année 2014. La preuve la plus claire est, évidemment, une vidéo. Le 11 avril 2014, il a prêté allégeance à Abou Bakr Al-Bagdadi et à l’EI, « l’Etat que personne ne peut arrêter ! L’Etat que nous avons construit ou aidé à construire ! Nous continuerons de le construire jusqu’à ce qu’il atteigne Washington, ô Obama ! » [ici, il fait le geste de trancher la gorge avec son index]. [15] L’ex-rappeur donne encore une autre version abrégée de sa vie et appelle les musulmans du monde entier à venir en Syrie pour défendre l’Etat islamique. Il ajoute que les chrétiens vivant sous domination de l’EI qui payent la jizia [impôt exigé des non-musulmans] sont protégés. [16]

Une évolution subtile se produit pendant cette période dans son discours. Avant, Abou Talha parlait de séparation, de musulmans vivant dans les pays des infidèles où ils étaient humiliés, laissant les infidèles se vautrer dans leurs nombreux péchés et perversions. Désormais, il adopte le discours habituel de l’EI sur la conquête ou le massacre des infidèles.

Si sa prestation de serment à l’Etat islamique est d’une importance capitale, Abou Talha entretient toujours la diversité. Une semaine après seulement, il publie un autre nashid en allemand sous-titré en anglais, sous le label d’Al-Tibyyan Media, intitulé « Nous ne craignons qu’Allah » (Wir Fürchten Nur Allah), condamnation étonnamment négative de « mes soi-disant frères » en Allemagne qui se moquent de ceux qui ont émigré ou qui viennent en Syrie mener le djihad. La vidéo ne contenait aucune exhortation spécifique en faveur de l’EI.

Même si certains se sont demandés si Abou Talha n’était pas le cerveau de la puissance médiatique de l’EI, aucune preuve consistante ne l’atteste. Abou Talha semble avoir des difficultés à s’exprimer en anglais ou en arabe, et n’a pas les compétences linguistiques requises dans cette dernière langue pour pouvoir composer des nashids classiques. [17] Et dans tous les cas, le caractère violent et peaufiné des vidéos qui caractérisent l’EI est antérieur à son adhésion à l’EI et à son arrivée en Syrie. Cela ne signifie pas qu’il n’a pas pu apporter de contribution dans les domaines de la production vidéo, de la musique et de la propagande. Il a aussi pu jouer un rôle utile au Centre médiatique Al-Hayat (HMC), dont la création a été annoncée à peu près à l’époque où il a officiellement rejoint l’EI. Dans sa vidéo d’allégeance à l’EI, il parle d’assumer un rôle de conseil et de dawa. Mais son travail antérieur en Allemagne, en tant que rappeur et activiste de l’islamisme, n’était pas aussi bon que les futures productions de l’EI. Dans tous les cas, le HMC n’est qu’une infime partie d’une activité médiatique beaucoup plus large et multiforme de l’EI. [18]

Abou Talha était différent des autres hommes de front de l’EI parce qu’il avait déjà un « nom ». C’était une personnalité djihadiste depuis plusieurs années, avec une histoire captivante, avant de rejoindre l’EI, et il avait accès à ses propres réseaux de propagande via Millatu Ibrahim et le GIMF, grâce aux bons soins de son ami proche Abou Oussama Al-Gharib. Al-Gharib a récemment été vu dans sa propre vidéo de propagande de l’EI en allemand, en août 2015, tirant dans la tête d’un prisonnier syrien enchaîné dans les ruines de Palmyre. [19]

Abou Talha le djihadiste [par opposition à Deso Dogg le rappeur] a une présence forte et ininterrompue sur les réseaux sociaux, avec des vidéos de lui et sur lui, dans ses nombreuses incarnations : rappeur, islamiste en Allemagne, djihadiste en Syrie. Il est souvent représenté sur les photos personnelles d’autres djihadistes, sur Twitter, SoundCloud et sur Justpaste.it. Son compte Twitter (@AbuMamaDou) a été suspendu en 2015, tandis que le compte @DesoDogg007 semble être un compte d’hommage non officiel. @Tibyan_Media existe encore et diffuse les différentes productions d’Abou Talha.

Abou Talha avec le principal chef religieux de l'EI à Bahreïn, Turki Bin Mubarak Al-Binali
Abou Talha avec le principal chef religieux de l’EI à Bahreïn, Turki Bin Mubarak Al-Binali
Avec le djihadiste britannique Abou Rahin Aziz, de Luton, en mars 2015
Avec le djihadiste britannique Abou Rahin Aziz, de Luton, en mars 2015

Abou Talha s’est ensuite embarqué dans une trajectoire bizarre, apparemment comme un djihadiste « ordinaire », se trouvant sur presque tous les champs de bataille de l’EI en Syrie. Une vidéo de juillet 2014 montre des images de lui, au lendemain sanglant de la prise par l’EI des gisements de gaz d’Al-Shaer, à Homs. Dans un champ recouvert de cadavres, Abou Talha est aperçu pendant quelques secondes frappant un corps avec une sandale. [20] Une autre vidéo, mise en ligne en novembre 2014, remonte à répression sauvage par l’EI de la tribu arabe sunnite des Shaitat en août 2014 à Deir Al-Zor. [21] Si l’on ne voit pas Abou Talha tuer quelqu’un, il est vu au milieu du carnage baignant dans le sang humain fraîchement versé, tenant une tête tout juste coupée. [22] Dans une autre courte vidéo, on le voit discuter du butin pris aux Kurdes et aux Yazidis, près de la ville de Kobane. [23]

Un autre personnage médiatique occidental est venu s’ajouter à la légende d’Abou Talha Al-Almani en février 2015, lorsqu’un tabloïd allemand a prétendu qu’il était tombé dans un « piège féminin », lorsque l’une de ses femmes a transmis des renseignements sur lui aux services secrets occidentaux. [24] C’est à cette époque qu’Abou Talha a été qualifié par le Département d’Etat américain de « Specially Designated Global Terrorist ». [25]

La production musicale importante d’Abou Talha d’avril 2015, diffusée par le Centre médiatique Al-Hayat, était une reprise en allemand (sous-titrée en anglais) de l’un des hymnes les plus emblématiques de l’Etat islamique. [26] « Fisabilillah » (Für Allahs Sache) est la version d’Abou Talha de « Qariban Qariba » [27] qui ajoute la phrase colorée « Ennemis d’Allah, nous voulons votre sang, il a un goût merveilleux ».

La dernière apparition du partisan allemand de l’EI a lieu dans un endroit encore plus incongru. Le 5 août 2015, la province Al-Furat de l’EI [région située à la frontière syro-irakienne près d’Albukamal et d’Al-Qaim] a diffusé une vidéo en russe, appelant les musulmans du Caucase à rejoindre l’Etat islamique. Le quatrième orateur, s’exprimant en allemand sous-titré en russe, n’est autre qu’Abou Talha, avec son tatouage “THUG” sur le bras droit, visible sur la vidéo à haute définition. [28]

En dépit de sa soif de martyre affichée en décembre 2013, Abou Talha devra soit vivre une vie ensorcelante sur les champs de bataille, soit, plus probablement, sera considéré comme trop précieux en tant que tête d’affiche pour les djihadistes allemands ou les Européens métissés, ou encore en tant que conseiller médiatique et remonteur de moral. A ce titre, il devrait conserver un certain temps sa présence visuelle haute en couleur, quoique marginale. Et hormis le cas particulier de la « Province d’Afrique occidentale » de l’EI (Boko Haram), Abou Talha est le personnage coloré le plus important dans les rangs de l’EI en Syrie et en Irak. Il n’a clairement pas choisi de devenir un propagandiste combattant, à l’instar du chef religieux saoudien Abou Malik Anas Al-Nashwan, qui est apparu dans une production vidéo majeure de l’EI pendant un mois et a été tué au combat le mois suivant.[29] Mais alors, l’EI peut toujours trouver un autre Saoudien.

Par : Alberto M. Fernandez, vice-président de

Notes :

[1] Indianexpress.com, 2 septembre 2011

[2] Discogs.com/artist/599234-Deso-Dogg

[3] Youtube.com/watch?v=BBWae-86Q1E

[4] Audiomack.com/album/trapspotsyria/straight-outta-syria

[5] Youtube.com/watch?v=VWuvrTyDY60

[6] Youtube.com/watch?v=9uZ5meF1mak

[7] Youtube.com/watch?v=rnQNJu0LNuA&list=PLdCsgsSllbyU167J6znc6BsWsXBu-NRZr&index=1

[8] Nytimes.com, 1er septembre 2011

[9] Un.org/sc/committees/1267/NSQDi347E.shtml.

[10] Longwarjournal.org, août 2012

[11] Youtube.com/watch?v=rm5CQOUrhYo

[12] Liveleak.com/view?i=f52_1391553559

[13] Liveleak.com/view?i=b15_1389493765

[14] Liveleak.com/view?i=fe3_1386985604

[15] Voir TV Clip #4236, German Rapper-Turned-Jihadist in Syria Threatens Obama with Throat-Slitting Gesture, 11 avril 2014

[16] Voir JTTM, German Rapper-Turned-Mujahid In Syria Discusses His Joining The Islamic State In Iraq And Syria; Threatens Obama With Throat-Slitting Gesture, 16 avril 2014

[17] Voir Enquête et analyse de n° 1179, The Songs Of The Islamic State – A Major Tool For Reinforcing Its Narrative, Spreading Its Message, Recruiting Supporters, 11 août 2015.

[18] Quilliamfoundation.org/wp/wp-content/uploads/publications/free/the-virtual-caliphate-understanding-islamic-states-propaganda-strategy.pdf

[19] Vocativ.com/news/218485/isis-calls-on-austrian-and-german-muslims-to-slaughter-every-infidel/

[20] Liveleak.com/view?i=5e1_1405640962

[21] Voir Enquête et analyse de n° 1170, Massacre And Media: ISIS And The Case Of The Sunni Arab Shaitat Tribe, 23 juin 2015

[22] Liveleak.com/view?i=108_1415124887

[23] Youtube.com/watch?v=uc3koleU40Q

[24] Rbb-online.de/politik/beitrag/2015/02/zeitung–fbi-setzte-agentin-auf-is-terroristen-cuspert-an.html

[25] State.gov/r/pa/prs/ps/2015/02/237324.htm

[26] Voir JTTM, New ISIS Nasheed In German By Rapper Deso Dogg: ‘Enemies of Allah, We Want Your Blood, It Tastes So Wonderful’, 15 avril 2015

[27] Youtube.com/watch?v=iAtGde3Z_Fk

[28] Voir JTTM, In Video, German Jihadi And Former Rapper Deso Dogg Appeals To Muslims In Caucasus To Join The Islamic State, 7 août 2015

[29] Voir Daily Brief No. 46, ISIS’s View Of Christians Echoes That Of Official Saudi Fatwas, 1er juin 2015

SIN COMENTARIOS

Deja tu Comentario

A excepción de tu nombre y tu correo electrónico tus datos personales no serán visibles y son opcionales, pero nos ayudan a conocer mejor a nuestro público lector

A fin de garantizar un intercambio de opiniones respetuoso e interesante, DiarioJudio.com se reserva el derecho a eliminar todos aquellos comentarios que puedan ser considerados difamatorios, vejatorios, insultantes, injuriantes o contrarios a las leyes a estas condiciones. Los comentarios no reflejan la opinión de DiarioJudio.com, sino la de los internautas, y son ellos los únicos responsables de las opiniones vertidas. No se admitirán comentarios con contenido racista, sexista, homófobo, discriminatorio por identidad de género o que insulten a las personas por su nacionalidad, sexo, religión, edad o cualquier tipo de discapacidad física o mental.
Artículo anteriorPara las mejores Fiestas Dulces y felices
Artículo siguienteSermon du vendredi du Hamas à Gaza : Notre peuple déteste par dessus tout l’UNRWA, qui est corrompue
Noticias, Reportajes, Cobertura de Eventos por nuestro staff editorial, así como artículos recibidos por la redacción para ser republicados en este medio.