Diario Judío México - Un article paru sur Al-Jazeera.net le 11 juin 2018 évoque le Manifeste des 250 paru dans le Parisien le 21 avril 2018 sous le titre « Manifeste contre le Nouvel antisémitisme ». Plusieurs signataires, dont Philippe Val, ancien directeur de Charlie Hebdo, mais aussi de nombreuses voix juives, chrétiennes, et musulmanes, ont signé ce manifeste appelant à ce que « les versets du Coran appelant au meurtre et au châtiment des juifs, des chrétiens et des incroyants soient frappés d’obsolescence par les autorités théologiques ».

L’article d’Al-Jazeera dénonce un manifeste qui appellerait à abroger certains versets du Coran, arguant qu’il n’y a pas d’incitation à la violence dans le Coran, hormis à titre défensif, et reprend à son compte la réaction du président turc Erdogan : « Qui êtes-vous pour vous attaquer aux textes sacrés ? » L’imam Hassen Chalghoumi, ainsi que d’autres signatures du monde arabe et musulman, sont citées dans cet article qui s’appuie sur une dénonciation du Cheikh d’Al-Azhar.

Extraits de l’article d’Al-Jazeera : (1) 

« Le cheikh d’Al-Azhar Ahmed al-Tayeb a vivement critiqué une pétition signée par des intellectuels et des politiciens français il y a environ deux mois, qui appelle à supprimer des versets du Saint Coran. La pétition a été dénoncée par des pays et des organisations du monde islamique.

Le cheikh, dans un discours prononcé dimanche soir à l’occasion d’une cérémonie organisée par le ministère égyptien du Waqf pour Laylat al-Qadr, a déclaré que l’audace déployée face au caractère sacré [des Ecritures] d’autrui était l’une des principales causes de terrorisme et encourageait à verser le sang des innocents.

En réaction à la déclaration signée par environ 300 personnalités françaises de gauche et de droite, Tayeb a souligné que le Coran ne renfermait aucun verset appelant à tuer les juifs ou les chrétiens. Il a précisé que ce qui était mentionné dans les versets appelant au combat ne se référait qu’aux cas d’agressions [contre les musulmans] et traitait de la nécessité de confronter et de combattre l’agresseur.

Le cheikh d’Al-Azhar a déclaré que cette demande d’effacer des versets du Coran et d’abroger des chapitres du Coran intervient dans le contexte de campagnes en vigueur depuis 14 siècles pour déformer le Coran et inciter les gens à s’en éloigner.

Le 22 avril, un article a paru dans Le Parisien sous le titre « Manifeste contre le nouvel antisémitisme ». La pétition a été rédigée par l’ancien rédacteur en chef du magazine Charlie Hebdo, Philippe Val. Parmi les signataires figurent l’ancien président Nicolas Sarkozy, les anciens Premiers ministres Emmanuel Valls et Jean-Pierre Raffarin, le chanteur Charles Aznavour, Bernard Henri Levy, universitaire et journaliste juif français, et l’acteur Gérard Depardieu.

Elle a également été signée par des personnalités arabes et islamiques, dont le romancier algérien Boualem Sansal, l’imam de la mosquée de Drancy, située à proximité de Paris, Hassen Chalghoumi, le mufti de la communauté des Comores en France Mohammed Ali Kassem et le blogueur palestinien Walid al-Husseini. (…)

La déclaration a indigné de nombreux dirigeants des communautés musulmanes en France et a été vivement critiquée en dehors de ces communautés.

Le mois dernier, le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré aux signataires : « Qui êtes-vous pour attaquer nos textes sacrés ? » Il a précisé qu’ils n’étaient pas différents de l’organisation Etat islamique, dénonçant la propagation de la peur de l’islam (islamophobie). »

(1) http://www.aljazeera.net, le 11 juin 2018