Diario Judío México - Dans ses réactions officielles à l’élimination du chef de l’Etat islamique, Abou Bakr Al-Baghdadi, l’Arabie saoudite a pleinement soutenu les États-Unis et leur politique, tout en soulignant la forte alliance entre les deux pays. Ce soutien s’est exprimé, entre autres, dans une conversation entre le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman et le président américain Donald Trump, et dans la déclaration du ministère saoudien des Affaires étrangères à ce sujet [1].

A l’inverse, de nombreux articles sur la mort d’Al-Baghdadi dans la presse saoudienne ont critiqué les États-Unis, remis en question le moment choisi et la nature de l’opération, et même accusé l’Occident de répandre le terrorisme au Moyen-Orient. Dans ce contexte, il convient de citer la polémique entre Khaled Al-Suleiman, chroniqueur du quotidien saoudien Okaz, auteur d’un article intitulé « Le rôle d’Al-Baghdadi a-t-il pris fin ? », et Abdallah bin Bakhit, auteur et chroniqueur du quotidien Al-Riyadh, qui lui a répondu par un article intitulé « Le rôle d’Al-Baghdadi a-t-il pris fin, Sherlock ? » Al-Suleiman a écrit dans son article qu’Al-Baghdadi était un agent de l’Occident, qui l’avait assassiné une fois qu’il était devenu inutile, et qui était le principal responsable de la montée des organisations terroristes comme l’Etat islamique. Dans son article en réponse, Bin Bakhit a rejeté les théories du complot, propagées par de nombreux Arabes, soutenant que des forces extérieures, y compris américaines, sont responsables du terrorisme d’Al-Baghdadi, et il a accusé l’Arabie saoudite et le monde musulman en général de cultiver l’idéologie des organisations terroristes et de personnages comme Al-Baghdadi et Ossama ben Laden. Il a également déploré le soutien du public arabe et musulman à Al-Baghdadi et critiqué le fait que les Arabes et les musulmans faisaient abstraction de leur rôle dans la culture de l’extrémisme, de la xénophobie, de l’hostilité à l’art et à la culture, et dans la dégradation des femmes dans leurs sociétés.

Lire le rapport en anglais

[1] Okaz (Arabie souadite), 28 octobre 2019 ; Al-Riyadh (Arabie saoudite), 29 octobre 2019.

Las opiniones expresadas aquí representan el punto de vista particular de nuestros periodistas, columnistas y colaboradores y/o agencias informativas y no representan en modo alguno la opinión de diariojudio.com y sus directivos. Si usted difiere con los conceptos vertidos por el autor, puede expresar su opinión enviando su comentario.

SIN COMENTARIOS

Deja tu Comentario

A fin de garantizar un intercambio de opiniones respetuoso e interesante, DiarioJudio.com se reserva el derecho a eliminar todos aquellos comentarios que puedan ser considerados difamatorios, vejatorios, insultantes, injuriantes o contrarios a las leyes a estas condiciones. Los comentarios no reflejan la opinión de DiarioJudio.com, sino la de los internautas, y son ellos los únicos responsables de las opiniones vertidas. No se admitirán comentarios con contenido racista, sexista, homófobo, discriminatorio por identidad de género o que insulten a las personas por su nacionalidad, sexo, religión, edad o cualquier tipo de discapacidad física o mental.


Artículo anteriorAbd Al-Hadi Mahfouz, président du Conseil national des médias libanais : MEMRI exerce une grande influence sur les médias internationaux – Il est à l’origine de la suppression des comptes de médias sociaux du Hamas et du Hezbollah
Artículo siguienteOcho terroristas muertos en Gaza mientras continúan los ataques aéreos israelíes