Diario Judío México - A l’approche du 75ème anniversaire de la libération d’Auschwitz, commémorée le 27 janvier 2020, un article du secrétaire de la branche du Fatah en Pologne, Khalil Nazzal, a été publié dans le quotidien de l’Autorité palestinienne (AP), Al-Hayat Al-Jadida. S’il reconnaît les souffrances endurées par les Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, il souligne qu’ils n’étaient pas les seules victimes des nazis, mais que le furent aussi les ressortissants de tous les pays européens, et que d’autres crimes ont également été perpétrés durant cette guerre, comme le largage de bombes nucléaires au Japon, la destruction de Varsovie en 1944 et le viol de femmes allemandes par les soldats des armées avançant sur Berlin. Il ajoute que l’ « État d’occupation » (Israël) s’est illégitimement approprié les souffrances des Juifs, les utilisant comme prétexte pour perpétrer des crimes contre le peuple palestinien, tandis que l’Occident reste silencieux en raison de son sentiment de culpabilité concernant l’Holocauste.

Affirmant que « les opinions divergent quant au nombre de victimes juives » de l’Holocauste, il conseille à ceux qui remettent en question le chiffre de six millions de le faire avec prudence et de s’appuyer sur  des « études objectives ». Il ajoute que l’entité sioniste enfle le nombre de victimes pour exercer un chantage sur le monde et le forcer à accepter sa politique. Il déplore également le fait que les Palestiniens, qui n’étaient pas impliqués dans la Seconde Guerre mondiale, paient le prix des crimes commis par l’Europe contre les Juifs.

Lire la suite du rapport en anglais

Las opiniones expresadas aquí representan el punto de vista particular de nuestros periodistas, columnistas y colaboradores y/o agencias informativas y no representan en modo alguno la opinión de diariojudio.com y sus directivos. Si usted difiere con los conceptos vertidos por el autor, puede expresar su opinión enviando su comentario.

SIN COMENTARIOS

Deja tu Comentario

Artículo anteriorSe solicitan donadores de sangre para la Sra. Reyna Moljo Pérez
Artículo siguienteEl Angelo de Buchenwald